Oublié par les responsables de son parti, un militant de l´UDS croupit depuis 16 mois à la prison de Lomé

M. Adadé Henri

Pendant que Monsieur Antoine Folly, Président du parti politique UDS, s’époumone à critiquer et à vouloir donner des leçons à la dynamique Kpodzro, un de ses militants, chargé de la sécurité, arrêté en décembre 2018 dans la foulée des manifestations de la C14, et injustement condamné comme beaucoup d´autres Togolais, subit le calvaire depuis 16 mois au goulag togolais appelé prison civile de Lomé.

Un fait divers comme les autres, serait-on tenté de dire. Mais là où le bât blesse, en dehors du caractère politique et arbitraire de son embastillement, Monsieur Adadé Henri (c´est son nom) qui manifestait au nom de son parti UDS pour l´opposition, et qui fut arbitrairement arrêté et condamné à 48 mois de prison ferme pour « troubles aggravés », est aujourd’hui oublié par le premier responsable M. Antoine Folly. Admis à la prison civile de Lomé le 10 décembre 2018, jugé le 31 du même mois de la même année, l´infortuné militant du parti du « grand opposant » Antoine devrait retrouver la liberté le 09 décembre 2022.

Père de famille, Monsieur Adadé qui a normalement le droit de compter sur le soutien moral et financier de sa formation politique dans ces moments difficiles, est malheureusement laissé à son sort et est totalement à la charge de sa famille. Et si l´on sait comment beaucoup de familles togolaises se débrouillent et vivent au jour le jour, on peut aisément imaginer le parcours du combattant qui est aujourd’hui celui de la famille Adadé. Il est arrêté injustement à cause de ses opinions politiques, parce qu´engagé dans le parti politique dont il partage la philosophie. C´est pourquoi nous pensons que les responsables, surtout le premier responsable de l´UDS devraient s´engager pour l´aider pendant son séjour forcé en ces lieux et faire tout pour le sortir du trou.

Monsieur Adadé aurait une fois appelé son chef de parti Monsieur Antoine Folly qui lui aurait promis au téléphone de faire son possible pour le faire libérer. Mais depuis, silence radio. Aucun appel, aucune visite, aucun geste de soutien de la part de l´UDS. Adadé Henri n´est pas seul à souffrir le martyre dans les taudis de la prison de Lomé, certes, il y a beaucoup de Togolaises et de Togolais dans les geoles surpeuplées et insalubres de notre pays. Responsables ou membres simples de divers partis politiques, et autres prisonniers de droit commun dont les motifs de condamnation laissent à désirer, sont très nombreux à devoir purger des peines qu´ils ne devraient pas, s´ils vivaient dans un pays normal face à une justice humaine.

Mais quelle que soit la raison de l´emprisonnement de nos malheureux compatriotes, ceux qui le sont pour des raisons politiques appartiennent pour la plupart à des partis dont les responsables n´ont pas le droit de les oublier; car ils ont dans un passé récent contribué, par leur travail, à divers niveaux, à l´épanouissement des partis concernés. Et ceci vaut pour le cas de Monsieur Adadé Henri qui lance un appel de détresse à l´endroit de Monsieur Antoine Folly et de l´UDS.

Pour terminer, nous rappelons à Faure Gnassingbé et à sa bande que tous ces prisonniers politiques, arbitrairement arrêtés lors de manifestations, kidnappés à domicile sans raison apparente ou accusés de préparer une insurrection, sont tous innocents et devraient recouvrer la liberté et regagner leurs familles sans conditions. On ne peut pas comme ça continuer à faire souffrir innocemment des citoyens, alors que les vrais criminels continuent à couler de beaux jours dans l´entourage immédiat du Chef de l´État.

Samari Tchadjobo
18 avril 2020
Allemagne

Source : 27Avril.com

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.