Ouattara quitte le pouvoir en 2020 : un signal à Gnassingbé ?

523

Alassane Dramane Ouattara ne briguera pas un 3ème mandat à la tête de la Côte d’Ivoire en 2020. Le président ivoirien, contrairement à son annonce publique il y a un peu plus de deux (2) mois, a choisi de surprendre toute la Côte d’Ivoire ce lundi.

Selon le président du Rassemblement des républicains (RDR), cette décision est mue par ce qu’il se passe en France, en Belgique ou en Autriche.

« La France aujourd’hui a un président qui a 40 ans. Cela ne veut pas dire que je suis trop vieux, mais cela donne à réfléchir. Le monde change, le Premier ministre d’Autriche a 31 ans, celui de la Belgique en a 38 et ainsi de suite », a-t-il déclaré.

Lire aussi: « Togo: les consignes de la CEDEAO à Faure Gnassingbé sur le cas Tikpi »

Il promet alors de transférer le pouvoir à une nouvelle génération en 2020.

« Nous devons travailler, le président Bédié et moi, pour transférer le pouvoir à une nouvelle génération en 2020 », a-t-il relevé.

Pour répondre à cette annonce présidentielle, toute l’assistance présente au lancement du tout nouveau parti unifié, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) se met debout, en acclamant le président Ouattara.

Lire aussi: « Exclusif: Faure et Akufo-Addo se disputent un territoire riche en pétrole »

Et pourtant un peu plus de 2 mois en arrière, M. Ouattara annonçait publiquement que la nouvelle Constitution ivoirienne de 2016 remettait les compteurs à zéro, que les élections présidentielles de 2010 et de 2015 ne comptent plus ou qu’il a désormais le droit de briguer encore 2 nouveaux mandats.

« La nouvelle Constitution m’autorise à faire deux mandats à partir de 2020. Je ne prendrai ma décision définitive qu’à ce moment-là, en fonction de la situation de la Côte d’Ivoire. La stabilité et la paix passent avant tout, y compris avant mes principes », avait-il annoncé.

Lire aussi: « Togo: la sortie de crise ne tient qu’à 3 points essentiels »

Cette décision du chef d’Etat ivoirien tombe à moins de 2 semaines du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) qui va faire des recommandations de sortie de crise politique qui secoue le Togo depuis bientôt 11 mois.

Cette décision fera-t-elle école ?  Les Togolais ne savent pas encore ce qui les attend. Leur président, Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, finit son 3ème mandat en 2020. Et son parti, l’Union pour la République (UNIR), fort d’une constitution qui ne limite pas le nombre de mandats présidentiels, souhaite le voir briguer un 4ème mandat à la tête du Togo. Pour l’opposition réunie au sein de la coalition des 14 partis politiques, il n’en est pas question.

globalactu.com

Titre modifié

 

Source : www.togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here