«On verra la fin de chacun», un Directeur sanctionné à Kokoroko

Publicités

Ils sont au moins mille cent quatre-vingt-douze (1192) enseignants du préscolaire et du primaire à se voir démettre de leur poste de directeur d’école, par arrêté N°1420/2021/MEPSTA /CAB /SG/DRH du 4 novembre 2021 du ministre des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’Artisanat ce 04 novembre 2021, suite à la grève de mécontentement observée les mercredi 3 et jeudi 4novembre 2021 par les enseignants.

A LIRE AUSSI: Braquages, viols, drogues… enquête au cœur des gangs de Bé

A la tête de la Fédération des syndicats de l’éducation nationale (FESEN), on prévoit une réunion extraordinaire du bureau fédéral national le dimanche 7 novembre pour décider de la conduite à tenir. Mais d’ores et déjà, le Secrétaire Général Sènon Hounsime, dans un communiqué ce jeudi, annonce des démarches entreprises pour « engager des recours susceptibles de prouver juridiquement le caractère licite et régulier [du] mouvement qui n’est que la suite de la grève suspendue l’année dernière ».
En attendant tout dénouement, un directeur victime de cette mesure du Prof Dodji Kokoroko, dans une réaction pleine de sang-froid, ne voit pas l’intérêt de réclamer quoi que ce soit et appelle ses collègues de malheur à positiver. « Je fais partie des directeurs démis de leur fonction. Je vous jure que j’ai le moral très haut. Si les autres victimes étaient comme moi, on n’allait même pas réclamer le rétablissement dans nos fonctions et multiplier sa décision par zéro », écrit-il.

Publicités

A LIRE AUSSI: Togo : payés à 1,3 million par mois, les députés réclament une augmentation

Pour lui, le poste de directeur n’a pas changé quoi que ce soit au quotidien des concernés. « Chers collègues directeurs, en toute franchise, dites- moi ce qui a changé sur notre vie quotidienne avec ce titre de directeur ? Le poste de directeur, c’est une nomination qu’on ne peut réclamer. S’il nous avait licenciés, nous devons nous faire entendre. Mais réclamer le rétablissement dans nos fonctions de directeur, il se sentira très content d’avoir réussi sa mission. On devait acclamer cette décision et qu’il ait honte à son tour », poursuit cet enseignant qui a voulu contaminer ses camarades de son flegme.

Publicités

A LIRE AUSSI: Occultisme: ce redoutable DG qui fait peur dans l’entourage de Faure Gnassingbé

Il devient même philosophe et croyant : « Dieu ne fait rien au hasard. À quelque part, le malheur est bon. Chers collègues, acceptons cette décision avec gaieté et lui-même aura du remords s’il a le cœur comme tous les autres humains. Si un directeur d’école à sa classe, prépare les fiches, corrige les cahiers des apprenants nuit et jour, pourquoi devons-nous nous plaindre ? ». Ce directeur démis dit remercier « infiniment Kokoroko pour sa clairvoyance ». « Que Dieu nous donne longue vie et santé, on verra la fin de chacun », souhaite-t-il à la fin.

Letabloid

Publicités


Publicités


Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.