Novissi: la grosse blague du pouvoir de Lomé

« Les choses que vous voyez si loin dans votre rétroviseur sont plus proches qu’elles ne paraissent. ». Cet avertissement est celui inscrit, très souvent en anglais, sur la vitre des rétroviseurs.


Et cette fois-ci, le monde entier s’est pris la menace en pleine figure, avec l’épidémie à Coronavirus, Covid19-. Epidémie chinoise très vite devenue pandémie. Lorsque sur les médias internationaux et sur les réseaux sociaux la fièvre à virus Corona était évoquée en Chine, l’indifférence était totale.

Il a fallu quelques vols pour que le Coronavirus se propage aux quatre coins du monde telle une trainée de poudre. Aujourd’hui, la quasi-totalité des pays du monde sont atteints. Depuis le premier cas enregistré au Togo, le gouvernement a pris des mesures.

A LIRE AUSSI: Dossier Kodjo: Agbéyomé sort (enfin)de son silence

Dans une adresse à la nation le 1er avril 2020, le chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé a décrété l’Etat d’urgence sanitaire pour 3 mois et a annoncé de nouvelles mesures dans le cadre de la riposte contre le coronavirus (Covid19-).

Il s’agit des mesures sécuritaires sanitaires, économiques et sociales. Parmi les mesures sociales, une particulièrement a retenu notre attention.  Novissi : décrié sur les médias, encaissé en silence !

A l’annonce du chef de l’Etat, le 1er avril du « lancement dans les prochains jours d’un programme de transferts monétaires pour les plus vulnérables », un bouclier de critiques. Plusieurs étaient « vent debout » contre cette initiative.

A LIRE AUSSI: « Au Togo c’est le règne de la force brute »

Montants insignifiants pour subvenir aux besoins des vaillantes populations, non respect de la dignité humaine… il aurait mieux fallu procéder à la distribution de vivres que de donner 15 dollars par personnes. Trêve de critique !

Pour le chef de l’Etat, la raison d’une telle initiative est ailleurs : « La population ne devrait pas avoir à choisir entre mourir par le covid 19 ou mourir par la faim ».

Mais était-ce suffisamment mûri ? A peine le mécanisme lancé qu’on ne pouvait contenir l’affluence aux points de services Flooz pour le réseau Moov et TMoney pour le réseau Togocel. Plateformes Novissi saturée Flooz et TMoney momentanément indisponibles à cause du nombre très élevé des sollicitations.

A LIRE AUSSI: Affrontements à Siou : Gilbert Bawara dans tous ses états

Voici là quelques symptômes du début des opérations d’enregistrement et de payement de la première tranche des subventions aux ménages. A la date du 5 mai 543 ,2020 820 bénéficiaires sont enregistrés dans le Grand Lomé et la préfecture de Tchaoudjo pour 5,5 milliards de F Cfa décaissés.

D’où viennent tous ces bénéficiaires si les messages sur les réseaux sociaux semblaient dénier l’adhésion des populations à cette initiative vivement saluée par le représentant du FMI au Togo.

« C’est un programme novateur, direct et très réactif. Les montants alloués r e p r é s e n t e n t %30 du SMIG en moyenne pour ce qui est promis pour le mois. Ça permet aux agents qui sont affectés par les mesures de confinement d’avoir un montant de survie pour pouvoir faire face aux conséquences négatives créées par le COVID.

C’est une bonne initiative qui fera école dans les différents pays africains. », a déclaré S a m p a w e n d é Jules Tapsoba, le représentant du FMI au Togo.

A LIRE AUSSI: Nouveau gouvernement : les attentes des Togolais !

Des bénéficiaires toujours en activité Sur la plateforme Novissi, les métiers bénéficiaires sont classés : revendeuses (%33), couturières (%13), ménagères (%8), coiffeuses (%7), commerçant(e)  (%6) et chauffeurs (%4). Ces métiers emploient à eux seuls %71 des b é n é f i c i a i r e s .

Pourtant, un petit tour dans la ville de Lomé et dans la Préfecture du Golfe et le constat est clair. Même si certaines activités tournent au ralenti, elles se poursuivent bon an mal an.

Alors, qui perçoit ce revenu universel de solidarité ? Les taxis continuent d’assurer le transport urbain parfois au mépris de la règle de distanciation sociale et les conducteurs de bus n’ont pas dit leur dernier mot.

Considérant le distinguo difficile à établir entre revendeuse et commerçante, le constat est le même, ces deux activités se poursuivent, exception faite de celles qui exercent leurs activités la nuit, privées par le couvre-feu. Les marchés sont ouverts. Les salons de coiffures le sont également…

Sans compter que la chance de bénéficier du programme de revenu universel de solidarité a souri à ceux et celles qui ont, par fortune, mentionnés ces métiers sur leur carte d’électeur, sans pour autant les exercer.

Le programme Novissi va-t-il réellement atteindre l’objectif visé à savoir offrir un revenu intermédiaire aux personnes dont les activités sont à l’arrêt à cause du covid 19 ? Non.

Les 5,5 milliards de F Cfa dépensés pour le programme Novissi à ce jour se révèlent un véritable gâchis. Cette décision a été prise dans un ensemble de tergiversation, d ’impréparation et de mauvaise évaluation de la crise.

Le Togo n’étant pas en confinement total, la décision de distribuer une subvention a été mal pensée, surtout comme mesure d’anticipation. Son effet pourrait être contraire de ce qui est attendu et plonger le pays dans une crise économique et sociale.

A LIRE AUSSI: Tensions à Siou : les billets de banque ont encore coulé

Pour les trois mois d’Etat d’urgence sanitaire, la facture risque d’être méchamment salée avec des impacts négatifs sur les caisses de l’Etat. La covid 19 risque de vider les comptes de l’Etat.

Ces montants seraient mieux utilisés s’ils avaient servi à l’achat et à la distribution ou simplement à la subvention des matériels de protection et au renforcement de la surveillance.

Et en autorisant les populations à poursuivre leurs activités dans le respect strict des mesures barrières. Une autre erreur dans la gestion de cette crise a été la décision de suspendre les Taxi-motos.

Décision qui a été elle-même suspendue pour une semaine et plus rien… Cette décision a révélé le niveau de précipitation du pouvoir dans la gestion de cette crise. A l’époque, de sérieux risques de dégradation du tissus social avaient été entrevus.

Le pays n’est pas en confinement. Ceux qui n’ont pas de moyen de déplacement feront comment pour se rendre au boulot ? Triple colères. Colère des conducteurs de taxi-moto parce qu’il sera difficile à l’Etat de combler leur manque à gagner. Colère de ceux qui n’ont pas de moyens de déplacement.

A LIRE AUSSI: [Secret de palais]: comment Faure à piégé Agboyémé au SCRIC

Difficile pour eux de se rendre au boulot et se déplacer. Colère de ceux qui ne pourront pas remorquer (leurs familles, amis, proches).

En reculant sur cette décision le gouvernement a certes fait preuve de sagesse, mais il a compromis l’autorité de l’Etat.

Les vraies victimes de cette crise ce sont les employés du secteur industriel et des entreprises qui ont été obligés de tourner au ralenti avec des employés en chômage t e c h n i q u e . Qu’est-ce qui est fait pour ceux-là ?

Vox Populi

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.