Nouvelle assemblée nationale: Députés fantoches sans peuple au service de Faure Gnassingbé

318


Imaginons un pays au lendemain d´une épidémie qui vient de faire beaucoup de victimes au sein de la population; parmi ces malheureuses victimes de nombreux candidats, meilleurs élèves de leurs établissements pour l´examen du baccalauréat. Impossible de reporter l´examen, même s´il faut pour cela faire composer seulement des candidats qui, dans des circonstances normales, n´auraient aucune chance de réussir. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, nos élèves médiocres se frottent les mains, sûrs que beaucoup d´entre eux réussiront, car les responsables du ministère concerné ne permettront pas qu´il n´y ait pas du tout de réussite. Pour les faire réussir on baisse sensiblement la moyenne afin de faire passer des élèves qui normalement n´ont pas de niveau pour réussir au bac. C´est donc l´année d´un baccalauréat au rabais.

Cette petite histoire ressemble fort bien à celle des nouveaux figurants à l´assemblée nationale, des figurants qui se disent députés, représentants d´un peuple qui ne les a pas élus. En fait des représentants d´un peuple invisible, celui des ordinateurs comme dirait Tikpi Atchadam, des soi-disant députés qui ne sont que l´ombre d´eux-mêmes. « À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. » Nos fameux députés « élus » de cette façon honteuse, devraient, s´ils avaient encore un brin de dignité, refuser de sièger, exiger que le scrutin de la honte soit annulé et que de vraies réformes soient faites avant toute élection digne de ce nom. Mais apparemment les « sans-peuple », surtout ceux qui se désignent sans vergogne comme opposants, sont plutôt prêts à confirmer ce que l´opinion générale pensent d´eux: des soutiens à la dictature contre le peuple togolais. Au moment où le régime Gnassingbé ramène le Togo plusieurs décennies en arrière avec des allures d´une dictature pure et dure, en termes de répressions policières et militaires sur les paisibles populations, au momemt où l´exécution sommaire de citoyens, l´emprisonnement de masse sans procédure judiciaire suite à des raffles illégales, deviennent la nouvelle stratégie pour conserver éternellement le pouvoir, quel homme politique et surtout quel opposant sérieux, digne de ce nom, peut, sans trahir ses convictions, accepter de siéger dans un parlement où les occupants ne sont que nommés comme au beau vieux temps du parti unique, faute d´adversaires et de votants?

Malgré la maladroite gesticulation de certains de ces pseudo-opposants sponsorisés par le pouvoir, nous savons tous que cette assemblée nationale ne sera rien d´autre qu´une chambre d´enregistrement des desiderata d´un Faure Gnassingbé, désormais un danger public, coupé des réalités de son époque. Sait-il encore vraiment ce qu´il fait? Se demandent beaucoup d´observateurs politiques lucides. Des milliards de nos francs seront de nouveau dilapidés pour entretenir de dangereux plaisantins pendant cinq bonnes années pour un gros zéro, en dehors de l´opacité qui a entouré la conception et la construction des nouveaux locaux de l´assemblée nationale par la Chine.

Parmi ces individus non élus, un bonhomme répondant au nom de Mey Gnassingbé, un député nommé par le RPT-UNIR, un autre rejeton de celui qui est la cause du calvaire des togolais, Gnassingbé Éyadéma. La légende populaire veut qu´il soit le dauphin de son frère Faure Gnassingbé, donc celui qui est pressenti pour devenir le prochain président du Togo, si d´une façon ou d´une autre, Faure venait à jeter l´éponge. Notre pays aura donc atteint le fond de l´humiliation, le summum de la bêtise humaine et aura surtout encaissé la pire injure de son existence. Mey sera-t-il bombardé dès le début président de l´assembée nationale, ou attendront-ils un putsch prochain, dont ils ont le secret, pour le faire roi? Et la dernière question: les togolais laisseront-ils encore faire?

Wait and see!!!

Samari Tchadjobo
Allemagne

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here