Nigeria-Benin: ce que cache la guéguerre entre Talon et Buhari

210 millions d’habitants d’un côté contre 12 de l’autre, le Nigeria
et le Bénin connaissent une crise de voisinage qui a provoqué la
fermeture de la frontière commune. Si avec ses 445 milliards de PIB, la
première puissance continentale n’a que faire de son voisin qui peine à
atteindre 9,5 milliards, l’excédent de la balance commerciale nigériane
(6,5 milliards $ en 2018) lui permet de se passer de l’ex Dahomey. Un
avantage sur lequel joue Buhari pour plonger une crispation profondément
politique d’autant qu’Abuja reproche à Cotonou ses dernières dérives
autoritaires qui ont abouti à l’écartement et à la dispersion de toute
l’opposition. Secrets d’une guerre qui ne finira pas de si tôt.

Lire aussi:Faure Gnassingbé et Patrice Talon, deux présidents qui vivent de la contrebande

7.000.000 de litres par jour ! Vous l’avez bien lu. Sept millions de
litres d’essence au quotidien, c’est la quantité estimée par un rapport
tombé sur le Bureau du président nigérian, de ce qui traverse les 773 km
de frontière entre le Bénin et le Nigéria. Pour Muhammad Buhari, «
c’est insupportable ! » même si une partie de l’essence atterrit au
Togo. D’autant que le manque à gagner pour le fisc nigérian dépasse les
400 milliards de Cfa (667 millions de dollars pour être précis). Soit
près de trois fois le budget de toutes les 77 communes du Bénin. A cela,
il faut ajouter le manque à gagner pour les ports du Nigéria dû à la
réexportation de milliers de sacs de riz, de sucre, de lait venus par le
Port autonome de Cotonou (Pac) . En complicité avec les agents
indélicats de la douane nigériane, une partie de ces marchandises ne
subit aucune taxation et échappe aux contrôles des autorités. Pire, le
riz étuvé importé au Nigeria via le Bénin n’est ni produit par le Bénin,
ni consommé par les béninois qui préfèrent le riz blanc. Mais pas que
ça, quelques millions d’engrais passent la même frontière en provenance
du Bénin et malgré plusieurs mises en garde de Buhari qui a évoque le
sujet « pas moins de 5 fois » avec Patrice Talon, le Bénin qui tire
profit des diverses contrebandes est resté inactif. Depuis un peu plus
de 5 semaines, le trafic frontalier est à l’arrêt et après avoir épuisé
les recours à la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest
(Cedeao), le chef de l’Etat béninois, très controversé à l’interne,
sollicite des médiations auprès de ses pairs qui ne semblent guère
motivés à intervenir. Notamment Mahamadou Issoufou qui reproche à Talon
d’accueillir Hama, l’un de ses principaux opposants et qui a répondu au
béninois « avoir lui aussi sa frontière concernée« .

Contrebande d’Etat

Sèmè-kraké. 30 km de Cotonou. Un camion soigneusement rempli approche
la frontière bénino-nigériane. Une guimbarde à la carrosserie à mille
rafistolages le devance. Celui qui en sort est un « klébé (coursier) de
traversée ». Contre 2 millions f CFA (3.000 € environ), il obtient
officiellement, de la douane béninoise, une autorisation de traversée à
l’effigie du ministère des finances. Aux agents des douanes, il glisse
100.000 f CFA (150€) qu’ils se partageront. Chaque jour, « une vingtaine
de camions passe ainsi la frontière » dénonce Degnon. A 36 ans, cet
ancien contrebandier a dû liquider son véhicule de délit. « Ces gros
camions nous détruisent » soupire ce béninois qui s’agace d’une «
importation au-delà des besoins » créant une saturation au détriment des
détaillants. Car ici, comme des bouteilles de vin en vrac, l’essence se
vend à chaque coin de rue. Conséquence, ils sont entre 300 et 350
contrebandiers à déposer les armes depuis l’arrivée au pouvoir de
Patrice Talon. Le président béninois a formalisé « un trafic de voyou »
selon le Nigeria, totalement illégal, faisant entrer ainsi dans les
caisses de l’Etat des millions assimilables au blanchiment. Mais cette
scène, c’était il y a quelques semaines. Car depuis mi-août, tous les
postes de frontières ont été fermés entre les deux pays. Et comme pour
intimider son voisin, le Nigeria organise régulièrement des exercices
militaires, réveillant de profonds sommeils quelques agents de police
béninois, ronflant de l’autre côté de la frontière. Les 2 rencontres (à
Abuja et à Ouagadougou) entre les deux présidents n’ont rien changé
d’autant que depuis de nombreuses années, les douanes béninoises
entretiennent des exportations de millions de tonnes de riz en transit
vers le voisin. Dans deux échanges de données entre les ministères
concernés de part et d’autre, le Bénin avait pris le soin de mentir sur
les chiffres afin de camoufler une réalité qui l’a définitivement
rattrapé. Car, Buhari a déjà proposé une agence mixte de contrôle au cas
où il déciderait de la réouverture des frontières qui ont été fermées
déjà à plusieurs reprises par le passé.

Lire aussi:Factures impayées: le Nigeria menace de plonger le Togo dans le noir

Le riz sur la table, le ciment et l’essence en dessous

L’importation frauduleuse de riz vers le Nigéria qui a affirmé avoir
atteint l’autosuffisance alimentaire dans la filière est la principale
raison de la fermeture. De 5 millions de petits et moyens producteurs,
plus de 30 millions de Nigérians sont aujourd’hui concernés par la
production du riz. L’invasion du marché par le Bénin voisin déstabilise
la production locale dont 10% au moins est détenu par Olusegun Obasanjo.
L’ancien président (1999-2007) n’a pas que multiplié des fermes et
sites de productions dans le pays mais a lancé un projet, soutenu par
Aliko Dangoté, qui accompagne les producteurs locaux. Mais il n’y a pas
que le riz. Il y a aussi, comme décrit plus haut, le fléau d’essence de
contrebande dont le Bénin tire, ce qui est anormal, illicitement des
revenus fiscaux. Les premiers effets de la fermeture de la frontière ont
été d’ailleurs, du côté du Bénin, l’augmentation vertigineuse des prix
de carburant, « jusqu’à 1000 f CFA, 1,5€ le litre » selon plusieurs
témoignages concordants avant une légère chute et une stabilisation à
600 f CFA. A cela, faudrait-il ajouter le conflit qui, depuis de
nombreux mois, oppose Aliko Dangoté à Patrice Talon. Le président
béninois dont des proches sont actionnaires des principales cimenteries
du pays ne veut pas laisser le milliardaire nigérian envahir le marché
béninois comme il le fait au Togo avec une concurrence, à plusieurs
égards, déloyale. Mais en même temps, le Bénin taxe à l’excès le
transport du ciment nigérian sur son territoire, provoquant un
mécontentement de l’homme d’affaire qui s’en est pris, à plusieurs
reprises, au chef de l’Etat béninois, le qualifiant de « voyou» .
Plusieurs sources bien informées soupçonnent Dangoté derrière cette
décision de fermeture.

Portes de sortie…

Patrice Talon aura fait ce qu’il peut. Mais il néglige, sciemment, le
volet politique mais aussi les mains autrement puissantes de Aliko
Dangoté. Le milliardaire très hostile au président béninois est très
proche de l’actuel chef d’Etat nigérian mais aussi de Olusegun Obasanjo,
un autre détracteur de Talon qu’il qualifie de « despote abruti ». Les
deux entretiennent, avec Yayi Boni des relations amicales. Alors que la
tension est plus que forte entre l’ancien président béninois et son
successeur, Olusegun a pris position dans une lettre ouverte, adressée à
Talon, en faveur de la démocratie. Il fallu, pour que Yayi puisse se
rendre en France pour les soins, la pression de Buhari qui a été très
éprouvé par la grande reculade démocratique que Talon a imposée à son
pays. Il le lui a fait savoir plus d’une fois et a, en juin dernier,
demandé « la reprise des législatives » avec le soutien financier
d’Abuja. Une proposition réfutée par Patrice Talon qui n’a pas daigné
répondre et a laissé son ministre des affaires étrangères humilié
l’émissaire d’Abuja en le laissant plusieurs heures en salle d’attente.
Alors que s’ouvre l’Assemblée générale de l’Onu à New York, Talon a
exprimé le souhait d’une troisième rencontre avec le président nigérian
qui a opposé diplomatiquement « un agenda de séjour chargé » promettant
faire de son mieux aussitôt qu’il le peut. Une situation qui n’a pas
empêché Talon de donner un coup dans la fourmilière en orchestrant une
scission au sein des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe),
principale force de l’opposition béninoise et en octroyant un certificat
de conformité, donc une reconnaissance officielle, à une frange du
parti hostile à Boni Yayi.

Lire aussi:Secret palais: ce juteux business qui se développe dans l’entourage de Faure Gnassingbé

Lors des législatives de fin avril, le parti avait été, comme la
totalité de l’opposition, écarté du scrutin, faute de ce certificat, ce
qui a permis à Patrice Talon de disposer, pour deux partis acquis à sa
cause, des 83 députés du parlement béninois. Si l’ouverture de la
frontière intervient, elle sera accompagnée d’une série d’exigences dont
Abuja a fait part à Cotonou, lors de la rencontre de Ouagadougou, sans,
selon une source nigériane, « aucune réponse conséquente » de la part
de Talon qui joue avec le temps.

MAX-SAVI Carmel, Envoyé spécial à Cotonou,

Source : Afrika Stratégies France

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.