Naboudja Bou : “Le premier devoir d’un État, c’est de protéger tout le monde sans distinction aucune”

« Qui ne veut pas vivre dans un pays qui brille et qui protège tout le monde ?

À cette question qui précède mon petit développement, personne ne répondra par la négative. Le premier devoir d’un État, c’est de protéger tout le monde sans distinction aucune.

Les dirigeants ont obligation d’être à l’écoute des populations et de trouver des solutions durables. Cependant, face aux grincements de dents de nos populations, nous demandons au régime de rechercher sans plus perdre du temps des voies durables et consensuelles pour résoudre les problèmes qui divisent les Togolais depuis fort longtemps. L’acharnement sur quelques individus ne saurait freiner ce désir ardent des lendemains meilleurs et plus apaisés. Les premiers qui gagneraient en voyant les Togolais vivre mieux et amorcer en commun accord les grandes questions qui vont baliser la voie à une gouvernance partagée, c’est inéluctablement M. Faure et son entourage. Enfin, si un seul individu lutte pour détruire le vivre-ensemble cher à nous tous, personne ne le soutiendra dans sa vision apocalyptique.

Pour un développement harmonieux et intégral, j’invite à la fin des menaces contre toute la diaspora togolaise et de faire libérer sans conditions nos frères de la diaspora et par ricochet tous les détenus politiques qui croupissent dans des conditions ignobles en prison.

Car pour un développement harmonieux et inclusif, la diaspora togolaise doit être protégée comme un œuf.

Faut-il le rappeler, la diaspora constitue pour toute Nation une force qui veut aller de l’avant. Notre lutte n’est absolument contre personne, mais elle trouve son soubassement dans la défense des valeurs philosophiques et éthiques, comme la justice sociale, la liberté pour tous, le bonheur collectif, l’égalité devant les lois et le respect sacré de la vie humaine…. j’en passe.

Le Togo doit aller de l’avant et c’est en recherchant à tout prix le Consensus National que la tâche deviendra facile. De toutes les façons, tout le monde sait que les Togolais sont très patients, mais la crainte à ne point ignorer est que la patience humaine a des limites.

Cependant, gouverner, c’est anticiper.

Que Dieu bénisse le Togo et nous oriente vers la recherche du Pardon Général. J’aime le Togo, car c’est notre seul héritage commun!!! NABOUDJA ».

Source : Letabloid.info

Source : icilome.com