MEET : Komlan Adougo succède à Komlavi Akomabou Kondo

MEET : Komlan Adougo succède à Komlavi Akomabou Kondo

Le Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais (MEET), une association estudiantine très active sur le campus universitaire de Lomé, a un nouveau président.

Komlan Adougo, étudiant en 6ème semestre au département d’anglais, a été porté à la tête de ce mouvement, à l’issue du 7ème congrès électif tenu ce mardi à l’Université de Lomé (UL), en remplacement de Komlavi Akomabou Kondo.

« Je continuerai le combat pour l’amélioration des conditions de vie et de travail de l’étudiant togolais », tels sont les premiers mots prononcés par le 7ème président du MEET, à la tête d’un bureau de neuf (9) membres.

Selon lui, ces conditions passeront par l’amélioration des bourses et allocations universitaires, la réouverture du chantier de rénovation de la Cité C « dans un bref délai », la bonne application du système LMD, le bitumage des artères de l’université, l’installation des WC et urinoirs sur toute l’étendue du campus pour dit-il, éviter la défécation à l’air libre, la lutte pour la non-augmentation des frais d’inscription.

« Sur ce dernier point, nous sommes increvables », a lancé le nouveau président.

Pour le désormais ancien président du MEET, la séparation est encore douloureuse après 1255 jours, soit 3 ans et 5 mois passés à la tête de cette organisation.

Le MEET se targue d’avoir rétabli le principe de la bourse à l’UL en la portant de 60.000 francs CFA à 142.000 francs CFA par an. Les nouveaux amphis, selon les premiers responsables, ont été construits au sein de cette université grâce à ce mouvement soutenu par la communauté estudiantine. Et même l’électrification des artères du campus est à mettre à l’actif de l’organisation selon eux.

Les grands moments de cette organisation estudiantine ont été rappelés à l’assistance par le parrain du congrès, Kodjo Awoudi, lui-même ancien président du MEET. « Quand nous avons créé ce mouvement, il fallait être un garçon pour entrer dans les amphis et communiquer parce que le Haut conseil des associations et mouvements estudiantins (HaCAME) terrorisait encore », a-t-il souligné.

Il a par ailleurs invité la jeunesse togolaise, surtout estudiantine, à voir « grand », compte tenu, a-t-il dit, de la configuration politique et la manière dont les ressources nationales sont gérées.

Créé clandestinement en 2003, le Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais (MEET) a été porté au grand jour en avril 2004. Depuis quelques années, il dispose d’une section à l’Université de Kara. Le thème retenu pour le 7ème congrès électif est : « le MEET, un mouvement au service de la communauté estudiantine ».

www.icilome.com