Me Kpandé-Adzaré : « Satchivi est une bouche qui dérange et les autorités se sont servies de la justice pour le faire taire »

61


Ce n’est un mystère pour personne. Hier mercredi au Tribunal de 1ere Instance de Lomé, le juge a suivi la réquisition du Ministère public en condamnant Foly Satchivi à 36 mois de prison dont 12 avec sursis.

Selon Me Raphael Kpandé-Adzaré, l’un des avocats du jeune activiste, cette décision du juge pose problème, puisque lors du procès, le Procureur de la République n’a jamais prouvé « les éléments matériels de l’infraction ».

« Nous nous demandons sur quelle base, le juge a rendu sa décision. Cela nous laisse vraiment interrogateur. C’est une décision qui ne trouve de fondement sur aucun texte juridique. Parce que pour nous, les éléments des infractions ne sont pas réunis », argumente l’avocat.

Pour l’ancien président de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH), il est clair et limpide que Foly Satchivi est une « bouche qui dérange » le régime en place. Et la seule façon de le bâillonner était de lui coller un procès.

« Monsieur Satchivi a été arrêté sur les lieux-là pour une rébellion parce qu’on dit qu’il a résisté violemment à l’action légitime des forces de l’ordre. Aujourd’hui que le juge abandonne l’infraction de rébellion, il est clair que Monsieur Foly Satchivi était en train d’être recherché par les autorités. Donc c’est clair que Satchivi Foly est une bouche qui dérange, et donc les autorités se sont servies de la justice pour le faire taire », a-t-il analysé.

L’avocat de sieur Satchivi compte interjeter appel « pour que le jugement soit de nouveau querellé devant la Cour d’Appel ». « Nous pensons que les juridictions de seconde degré vont réformer purement et simplement cette décision qui n’est fondée sur aucune disposition légale », a fait savoir Me Raphael Kpandé-Adzaré.

Pour rappel, Foly Satchivi est le 1er Porte-parole du Mouvement « En Aucun Cas ». Le jeune activiste contre le régime de Faure Gnassingbé a été arrêté le 22 août 2018 alors qu’il s’apprêtait à donner une conférence de presse. Il est accusé de « rébellion, trouble à l’ordre public et apologie de crimes et délits ».

Godfrey Akpa

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here