Massacre de 2005 au Togo: Boko livre le général Katanga à la CIA

12632

L’affaire des tueries de masse qui ont suivi l’élection présidentielle de 2005 au Togo pourrait refaire surface dans les prochains jours suite à de nouvelles révélations de l’ancien ministre de l’Intérieur togolais François Esso Boko.

Une note confidentielle des services de renseignements américains parvenue à notre rédaction révèle que l’ex-ministre maintenant exilé en France aurait confié aux services américains le nom de quelques officiers de l’armée responsables des tueries de 2005.
C’était lors d’une rencontre secrète qui a eu lieu le 8 juin 2005 entre l’ex-ministre et les officiels Américains. Extrait…

De bonne humeur, l’ancien ministre togolais de l’Intérieur, M. Boko, a fait appel aux ambassades le 8 juin dernier dans le cadre de sa demande de visa pour se rendre aux Etats-Unis dans les semaines à venir, en réponse à une invitation d’un ami en Floride qui était un ancien volontaire du Peace Corps au Togo qui a vécu avec sa famille pendant son service PC (1978-1980). Boko est resté en contact étroit avec lui et avec d’autres ex-PCV et lui a rendu visite récemment en Floride en novembre 2004 lorsque le PCV a invité Boko à observer le processus électoral aux Etats-Unis. Nous avons expliqué à Boko le processus de visa. M. Boko s’est dit tout à fait disposé à se rendre à Washington pour discuter du Togo avec les responsables du Gouvernement des Etats-Unis s’il y avait un intérêt à le faire.

Pas de foi en Faure

Boko a longuement discuté de la situation au Togo. Il a dit que contrairement à l’image de modération que Faure essayait de projeter, Faure, de l’avis de Boko, essayait cyniquement de conserver le pouvoir absolu de la même manière qu’Eyadema. Après la mort d’Eyadema, Boko a déclaré qu’il avait eu plusieurs discussions avec Faure, lui demandant qu’en tant que membres de la jeune génération, il serait sage pour eux de s’engager dans le genre de réformes que le peuple togolais souhaitait. Toutefois, M. Boko a déclaré que M. Faure s’est montré peu intéressé par la réforme et a essayé de consolider le pouvoir par tous les moyens possibles.

Boko a dit que Faure n’avait aucun scrupule à recourir à la violence si nécessaire. Boko a dit que l’armée togolaise n’était pas aussi mauvaise qu’on peut le percevoir de l’extérieur. Il a dit qu’au cours de la période préélectorale, il avait rencontré des chefs militaires et les avait exhortés à éviter les tactiques intransigeantes avant et pendant les élections. Leur attitude, dit-il, était raisonnable.

Boko a mis la responsabilité de la violence et les meurtres non pas tant sur les militaires mais sur l’entourage immédiat de Faure, en particulier le colonel Katanga (NFI), qui, selon Boko, était responsable de l’application des tactiques violentes de répression et d’intimidation qui ont été utilisées pendant la période électorale. Boko s’est dit très consterné d’apprendre que le colonel Katanga devait aller en France dans quelques semaines pour commencer un programme à l’École militaire. Il pensait, cependant, qu’il y avait une chance que les Français annulent sa participation.

« L’unité nationale » de Faure est une imposture

En ce qui concerne l’appel de Faure en faveur d’un gouvernement d' » unité nationale/réconciliation « , Boko a déclaré que c’était une imposture. Faure voulait que les membres de l’opposition adhèrent à un tel gouvernement, sans que personne ne sache à l’avance quelle forme prendrait ce gouvernement de réconciliation et comment les pouvoirs et les responsabilités seraient partagés. M. Boko a déclaré que le gouvernement et les représentants de l’opposition devraient plutôt organiser une table ronde et convenir d’un accord sur la manière dont un tel gouvernement fonctionnerait. Ce n’est qu’à ce moment-là, lorsque tous les partis se sont mis d’accord sur une structure gouvernementale et sur le partage du pouvoir et des responsabilités, que l’opposition a accepté de se joindre à Faure.

Boko a dit que Faure poursuivait l’une des stratégies de son père – appeler à un gouvernement d’unité nationale et quand l’opposition s’énerve à cause de l’incertitude sur son rôle dans un tel gouvernement, déclarer : « Bon, je les ai invités, mais ils ont refusé, alors je suppose que je vais devoir diriger le Togo sans eux, comme président ». Boko a dit qu’Eyadema opérait de cette manière et qu’il soupçonnait Faure de suivre son exemple.

Pas de foi en Gilchrist Olympio non plus.

Lorsqu’on lui a demandé s’il avait eu des contacts avec d’autres dissidents togolais, comme Gilchrist Olympio, Boko a répondu qu’il ne l’avait pas fait, en partie parce que les Français, en lui permettant de venir en France, lui avaient dit de rester discret et de ne pas être actif politiquement.

Cependant, il a dit qu’il avait aussi des problèmes avec Olympio, et n’a pas apprécié qu’Olympio se soit déclaré « chef de l’opposition ». L' »opposition », a dit Boko, n’avait pas « élu » Olympio pour en être le chef. Boko a dit qu’Olympio poursuivait la lutte avec le clan Eyadema qui avait commencé des décennies auparavant avec le père d’Olympio. Boko a critiqué les clans Eyadema et Olympio pour avoir continué à mener ces vieilles batailles, alors que le Togo devait aller au-delà de la « guerre des pères » et faire face à la réalité d’aujourd’hui. Gilchrist et Faure semblaient tous deux déterminés à poursuivre les guerres paternelles, ce qui était malheureux et qui, de l’avis de Boko, rendait Olympio impropre à être considéré comme le chef de l’opposition.

Interrogé au sujet de la France et du Togo, M. Boko a déclaré que beaucoup de Togolais étaient déçus de l’approbation rapide des élections par la France, malgré les points de vue contradictoires des observateurs de l’UE et d’autres pays comme les États-Unis (M. Boko a salué à plusieurs reprises le soutien que les États-Unis lui avaient apporté personnellement et au processus démocratique plus généralement pendant la période électorale).

Il a attribué l’attitude française à ce qu’il a décrit comme la manière  » traditionnelle  » de la France de traiter avec ses anciennes colonies africaines – soutenir l' » homme fort  » du moment, rechercher la stabilité comme première priorité et continuer à bénéficier de ce que Boko a appelé la très ancienne tradition des  » hommes forts  » africains qui aident les dirigeants français par divers moyens, notamment par un soutien financier. Certaines de ces personnalités politiques françaises soutiennent ensuite publiquement le retour à des relations « normales » avec le Togo, notamment dans le domaine économique. Le Togo, a-t-il dit, doit être clairement informé de ce qu’il doit faire pour retrouver les bonnes grâces des pays donateurs. Les preuves de l’implication du clan Eyadema dans la drogue pourraient être utilisées comme un puissant moyen de pression contre sur, croit Boko.

Son implication dans le régime

Interrogé sur son propre rôle dans le gouvernement Eyadema, Boko a déclaré qu’il avait reçu des messages très forts et critiques remettant en question sa décision de rejoindre le gouvernement togolais en tant que ministre, surtout venant du groupe des anciens volontaires du Peace Corps avec lesquels il est resté en contact. Il leur a dit qu’il leur avait expliqué que si des gens comme lui, qui s’intéressaient aux réformes et au progrès au Togo, restaient à l’écart, alors rien ne changerait jamais. Il s’est senti obligé, en tant que membre de la jeune génération, d’essayer. Évidemment, dit-il, il en est arrivé à un point où il ne pouvait plus tolérer ce qu’il voyait autour de lui et dire ce qu’il avait à dire, quelles qu’en soient les conséquences.

Boko a indiqué qu’il prévoyait de s’établir en France, où il avait étudié auparavant. Il a déclaré que son mariage avec un citoyen français lui permettrait de rester en France, quel que soit le statut que le gouvernement français pourrait lui accorder en tant qu' »exilé politique ». Il a également mentionné son enfant conçu avec son épouse française était né en France, suggérant que cela renforcerait sa demande de résidence française en cas de doute.

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here