Mali: du conflit entre Dogon et Fulani à l’inefficacité des forces étrangères

19

Au centre du Mali, ce qui devait être la saison des récoltes pour les villageois est devenue une saison de famine, de mort et de destruction.
Le ministère de la Santé du Mali a déclaré que jusqu’à présent, des centaines de personnes sont mortes de ce qu’il décrit comme une famine provoquée par l’homme, alors que les agriculteurs et les éleveurs se disputent la terre. C’est un conflit ancestral qui se déroule au plus fort de la saison sèche entre les Dogon, agriculteurs et chasseurs traditionnels, et les Fulani, éleveurs semi-nomades du Sahel. Les Dogon accusent les Fulani d’avoir outrepassé leurs terres agricoles pour nourrir leurs animaux, tandis que les Fulani accusent les Dogon d’avoir tué et volé leur bétail. Et maintenant, ils s’entretuent.

Lors de l’une des pires attaques, 160 villageois peuls ont été tués à Ogossagou en mars. Mamadou Togo, représentant en chef du peuple Dogon au Mali, a déclaré à Al Jazeera que l’attaque n’avait pas été perpétrée par des chasseurs Dogon. Il dit que les Dogon n’ont attaqué aucun village Peul, malgré les tensions entre les deux communautés. Cependant, il admet que « quand d’autres personnes attaquent les Dogon, ils se vengent ». « Nous ne pouvons pas nous asseoir et regarder les gens venir nous tuer et rentrer sans rien. Nous avons dit non, c’est intolérable », dit-il, ajoutant que « quand tu viendras me tuer et que je ne suis pas mort, par exemple, si je peux, je vais te tuer. »

Les deux parties accusent l’autre d’être l’agresseur.

Mahmoud Dicko, un Peul et un puissant dirigeant du Haut Conseil islamique, attribue la méfiance mutuelle à une ingérence extérieure. « Je suis convaincu qu’il existe d’autres forces invisibles et obscures qui prévoient de déstabiliser toute la sous-région. Et pour réussir cette déstabilisation, il est nécessaire de créer une guerre entre les différents groupes ethniques », a-t-il déclaré. La violence ne se limite pas au Mali non plus. Dans les pays sahéliens voisins, les Fulanis sont également en conflit avec d’autres tribus. Des groupes armés, notamment des affiliés à Al-Qaïda et à l’État islamique, alimentent ce conflit et prennent parti. Certains ont combattu dans la guerre en Libye. « Cette crise au centre du Mali a commencé avec l’occupation du nord du Mali par des groupes terroristes (en 2012) », a déclaré Tiebile Drame, ministre malien des Affaires étrangères. « La crise malienne est directement liée à la situation en Libye, à l’effondrement de la Libye en 2011 ».

Inefficacité des forces extérieures
Depuis 2013, la mission de maintien de la paix des Nations Unies MINUSMA est présente au Mali. Il y a actuellement 14 000 soldats de l’ONU, parmi lesquels des soldats britanniques, canadiens et allemands, ainsi que 4 000 soldats français et des forces régionales du G5 sahélien dans le pays. Malgré cela, la violence se propage et devient incontrôlable. Les groupes d’insurgés et les groupes rebelles ont également pris pour cible directe les forces de sécurité, en lançant des attaques suicides et des attentats à la voiture piégée. La MINUSMA est désormais la mission de maintien de la paix la plus meurtrière de l’ONU, avec plus de soldats de l’ONU morts au Mali que nulle part ailleurs, ni à aucun moment auparavant.

Cela ajoute également au sentiment partagé par de nombreux Maliens que les forces de sécurité ne sont pas une source de protection mais une source de danger. Néanmoins, la mission MINUSMA, d’un milliard de dollars par an, a été reconduite pour une année supplémentaire, alors que le gouvernement malien appelle à la création d’une force de coalition semblable à celle observée en Irak et en Afghanistan pour intervenir au Mali. Mais les dirigeants Dogon et Fulani sont tous deux sceptiques quant aux acteurs extérieurs.

Méfiance vis à vis des force étrangères

Le leader Dogon, Togo, estime que la France profite de l’instabilité dans le pays, affirmant que l’ancien maître colonial du Mali « veut recoloniser à nouveau ce pays à cause de la richesse souterraine ».

Le chef des Fulani, Dicko, a déclaré que la mission de l’ONU et la communauté internationale échouaient au Mali, dépensant des milliards de dollars « pour leur confort ». « Je dis de nous laisser seuls, de laisser les Sahéliens entre nous », dit-il. « Nous sommes frères, nous vivons ensemble depuis des millénaires. Nous avons un mécanisme pour régler les choses entre nous. Si nous sommes laissés à nous-mêmes, nous trouverons nous-mêmes une solution à ce problème. »

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here