Madi Djabakate : « On cherche à faire intervenir le terrorisme comme argument politique pour étouffer les manifestations »

Madi Djabakate : « On cherche à faire intervenir le terrorisme comme argument politique pour étouffer les manifestations »

Le toilettage, mercredi dernier à l’Assemblée nationale, de la loi N°2011-010 du 16 mai 2011 relative aux conditions d’exercice de la liberté de réunion et des manifestations pacifiques publiques au Togo, suscite de vives réactions.

Intervenant ce vendredi matin sur les ondes de la radio Pyramide FM, le politologue togolais, Mohamed Madi Djabakate est monté au créneau et dénonce. Selon lui, l’adoption de cette nouvelle loi est un grand « recul de la construction démocratique togolaise ».

« Cela ne m’étonne pas si ce projet de loi portant modification de la loi N°2011-010 du 16 mai 2011 a été adopté mercredi par cette assemblée acquise au gouvernement togolais. Mais ce que je peux dire, c’est que si la loi Bodjona, en elle-même, a contribué à crucifier le droit de manifestation au Togo, cette nouvelle loi taxée de loi Boukpessi n’a finalement fait que contribuer à ensevelir ce droit de manifestation. Ce n’est qu’un recul de la construction démocratique togolaise et c’est dommage », a regretté le jeune écrivain togolais.

A en croire le politologue, les arguments avancés par le gouvernement pour procéder à la modification de la loi Bodjona ne sont que des arguties impropres à convaincre une personne sérieuse.

« Les différentes justifications avancées par le gouvernement pour procéder à la modification de cette loi ne peuvent convaincre des personnes sérieuses. Dans des pays où le terrorisme est une réalité, les gens continuent d’exercer le droit de manifestation. Ici, on cherche à faire intervenir le terrorisme pour l’utiliser comme argument politique pour étouffer les manifestations », a dénoncé Mohamed Madi Djabakate.

Et de poursuivre en avertissant : « Il ne faut pas chercher le diable dans les détails, sinon on finit par le trouver et d’une façon peu glorieuse ».

Pour lui, le régime de Faure Gnassingbé doit relever d’autres défis socio-économiques en lieu et place de chercher à tout prix à interdire aux Togolais de manifester dans les rues.

Godfrey Akpa

Source : www.icilome.com