L’UFC perd la bataille de sa représentation à la CENI

62


L’assemblée nationale a procédé à la nomination du 8e représentant de la coalition ce jeudi.

L’Union des Forces de Changement de Gilchrist Olympio a perdu la bataille de sa représentation à la Commission Électorale Nationale Indépendante en application à la décision le 23 septembre dernier du comité de suivi réuni à Lomé de faire représenter de manière paritaire les deux partie à la crise par 8 membres à la CENI.

Le parti, même s’il participe à l’action gouvernementale depuis 8 ans, pour avoir fait en début de législature une déclaration d’appartenance à l’opposition et se fondant sur le code électoral en vigueur, a réclamé sa représentation au titre des représentants fournies par la C14 au titre de l’opposition parlementaire.

L’UFC en conférence de presse fin octobre, après un mois de débat houleux et d’affrontement médiatique des positions des uns et des autres, a déclaré sa disponibilité à faire démissionner son représentant (Me Jean Claude Homawo) de la CENI “si le comité de suivi de la feuille de route le lui demande”.

Le parti a annoncé à l’occasion avoir saisi le comité de suivi pour trancher de ce différend né à l’Assemblée nationale.

Même si la 3e réunion du comité de suivi tenu le weekend dernier à Conakry n’a pas annoncé de conclusion, les faits qui se sont produits à l’Assemblée Nationale ce 08 Novembre, indiquent à suffisance, que le comité de suivi a répondu à la préoccupation de l’UFC qui a informé ce jeudi l’Assemblée nationale de la démission de son représentant.

Francis Pedro pour remplacer Me Homawo

En effet l’Assemblée Nationale réunie en plénière ce mardi a pris acte de la démission du représentant de l’UFC Me Jean Claude Homawo de son poste de vice président de la CENI et quitte de ce faite son poste à la CENI.

Elle a ensuite, dans les mêmes conditions que les 7 premiers, procédé à la nomination de Francis Pédro Amouzou, Journaliste, et membre de l’ANC, Alliance Nationale pour le Changement, parti dirigé par Jean Pierre Fabre le chef de fil de l’Opposition togolaise.

Le parti perd peut être une bataille, mais aura eu le mérite d’avoir ouvert un débat passionné et assumé une position avec une nouvelle génération prête à repartir à zéro, quitte à redonner vie à un véritable symbole de la lutte pour le changement au Togo qui a tout perdu depuis son mariage avec le parti au pouvoir pour “une alternance négociée”.

Ken LOGO/africafullsucces.com

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here