L’Infa de Tové, dans le creux de la vague

La polémique ne s’estompe pas à l’Infa de Tové. La barque tangue sous Soedji Kokouvi le DG par intérim de l’Infa de Tové. Les formateurs de l’institut viennent d’adresser une lettre ouverte au ministre Ouro-Koura Agadazi de l’Agriculture de l’élevage et de l’hydraulique villageoise afin que celui-ci rectifie le tir.

Les problèmes posés par les formateurs de l’Institut National de Formation Agricole de Tové sont nombreux. Il s’agit entre autres de l’interférence dans mise en œuvre des activités confiées aux cadres, des pertes économiques et pédagogiques, l’absence des commissions de passation et de contrôle des marchés, le redéploiement des agents sans tenir compte de leur qualification.

Par ailleurs, dans la lettre ouverte, les formateurs formulent des recommandations entre autres la mise en œuvre des conclusions du processus de restructuration de l’Infa de Tové, l’alignement du traitement sur la grille de la fonction publique à partir de janvier 2017, l’attribution des primes annuelles de bibliothèque et de recherche d’une valeur de 300.000 Fcfa à chaque formateur.

En attendant une prise en compte des recommandations, les étudiants font les frais de la situation. L’année dernière, ces étudiants n’ont fait aucune sortie pédagogique. La plupart des travaux pratiques n’ont pas été effectués, ce qui a eu pour conséquence une fin d’année catastrophiques, le pire des 10 dernières années. Devant une telle situation, les étudiants manifestent leur colère à travers les tracts enflammés contre le DG.
La rentrée des étudiants à l’infa de Tové risque d’être secouée cette année par des grèves des formateurs.

Germain Doubidji

www.icilome.com