L’éventuelle adhésion du Togo à la Commonwealth n’emballe pas l’ANC

Le Togo veut être membre de la Commonwealth, un regroupement des pays d’expression anglaise. Il a déposé sa candidature depuis 2014. Une mission de cette institution a séjourné à Lomé et consulté des partis politiques dont l’Alliance nationale pour le changement (ANC).

Pour le moment, selon l’Alliance nationale pour le changement (ANC), l’adhésion ou non du Togo à la Commonwealth n’est pas encore la préoccupation de l’heure.

L’essentiel, c’est « rendre le Togo crédible », a déclaré Kossi Sévéaménou Dra, chef de la délégation de ce parti ayant rencontré les experts de cette institution.

Et d’ajouter : « Il faut faire en sorte que le Togo puisse devenir un Etat qui respecte les principes démocratiques et où l’alternance est effective avant d’intégrer ces organisations ».

Kossi Sévéaménou Dra « pense que pour la Commonwealth, la première règle d’intégration est de s’assurer que les pays respectent les droits de l’Homme, que la démocratie est en marche où qu’il y a des efforts qui se font pour l’atteindre ».

Ce n’est pas encore le cas au Togo, insiste-t-il. L’ANC dit ne pas se préoccuper des retombées de cette adhésion pour le moment, mais des réformes politiques qui devront aboutir à l’alternance.

A.H.

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.