L’esclavage moderne des travailleurs togolais dans une société chinoise

73
image illustrative

Depuis 10 ans que la société Zhang Fabric est installée au Togo, celle-ci emploie des togolais sans contrat avec à la clé des traitements qui laissent à désirer. Le comble, c’est que cette entreprise est protégée dans ses dérives par un Togolais.

C’est après une visite au sein de la société que le Mouvement Martin Luther King, la voix des sans voix attire l’attention de l’opinion publique. La société spécialisée dans la fabrication de valises emploie des travailleurs sans contrat de travail, qui ne sont pas déclarés à la CNSS, sans primes, et qui travaillent 10 heures par jour, sans congés, ni bulletins de paye sans délégué de personnel.

« Toutes les tentatives pour réclamer les meilleures conditions de travail et de vie sont étouffées par un Togolais qui serait un fonctionnaire des impôts (OTR). Ce dernier est le véritable protecteur et défenseur de l’employeur et se contente de la misère de ses compatriotes », dénonce le Mouvement de Pasteur Edoh Komi.

Cette société dont le MMLK dénonce le traitement envers ses travailleurs n’est pas la seule. La plupart des sociétés des expatriés excellent dans le non-respect des droits des travailleurs. Le MMLK « demande aux autorités compétentes de s’assurer de la base légale d’existence de cette société (comme tant d’autres qui font le malheur des Togolais) afin de redonner aux employés leurs légitimes droits ».

M E

Source : www.lomechrono.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here