Les inondations commencent avec leur lot de victimes à Lomé

30

Depuis le début de l’année, les autorités togolaises se lancent dans des opérations de simulation de sauvetage des sinistrés de l’inondation et autres catastrophes naturelles. L’objectif, c’est d’aller rapidement au secours des personnes touchées par ces phénomènes difficilement maîtrisables.

Cependant, depuis le début de ce mois de mars, la ville de Lomé surtout a connu de fortes pluies qui ont fait beaucoup de dégâts. Dans la nuit de ce samedi à dimanche, trois (03) jeunes filles ont perdu la vie dans une inondation dans le quartier d’Avenou à Lomé. Il n’y a pas que dans ce quartier où cette grande pluie qui s’est abattue sur la capitale, a créé cette désolation.

A divers endroits, pour défaut de caniveaux dignes de ce nom pour drainer les eaux vers des bassins créés pour les recueillir, elles se ruent vers les habitations, détruisent les clôtures des maisons et occasionnent des victimes. A Avenou, ces 3 filles dormaient tranquillement chez elles lorsqu’elles ont été surprises par les eaux de pluie. Malheureusement, elles n’ont pu se défendre et sortir du piège.

« Selon les riverains, le mur de la concession n’a pu résister à la violente pression du ruissellement. Le mur a cédé, l’eau à rapidement surpris les fillettes apparemment de 16, 13 et 7 ans entre 23H00 et 01H00. Elles sont toutes des élèves au collège et primaire. L’eau aurait atteint une hauteur de 1 m à 1,50 m et 2 m par endroit, ce qui a été fatal pour ces enfants », a raconté un voisin du quartier.

Il était donc impossible d’arriver jusque dans la maison sinistrée le matin de ce dimanche à cause de l’eau qui a pris en otage tout le quartier. Les forces de l’ordre étaient quand même arrivées sur les lieux pour les constats.

A Bè-Kpota, la clôture de l’aéroport qui traverse ce quartier a dû céder sous la pression des eaux ruissellement. Les quartiers Adakpamé, Kagnikopé, zoro-bar et environnants, malgré le quatrième lac construit récemment pour endiguer le problème d’inondation que connaissent ces quartiers, continuent de subir le sinistre.

Dans la préfecture d’Agoè où les autorités togolaises brandissent les nouvelles routes comme meilleures réalisations, les populations commencent toujours par se lamenter dès que les premiers nuages se forment, annonçant une probable pluie. Même les nouvelles routes, dans ce quartier, sont inondées à chaque pluie, ce qui amène les usagers à prendre des déviations qui, aussi, laissent à désirer.

« Grâce à un programme de la Banque Mondiale qui est un programme de construction d’assainissement, depuis trois ans nous nous préparons, parce qu’on a construit des bassins, on a construit de grosses canalisations, aujourd’hui nous n’avons plus ce genre d’inondation à Lomé », avait déclaré Faure Gnassingbé lors d’une réunion de la BAD en 2017.

Mais les faits démontrent le contraire depuis cette année jusqu’aujourd’hui. Les Togolais sont constamment victimes d’inondation. Le pire, c’est qu’ils doivent compter, en dehors de dégâts matériels, des morts.

I.K

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here