« Les autorités civiles n’ont pas le contrôle sur l’armée au Togo»

Au Togo, les autorités civiles n’ont pas toujours de contrôle effectif sur les forces armées, la gendarmerie et la police. C’est en tout cas ce que précise le gouvernement américain dans son rapport 2019 sur les droits de l’homme au Togo.

Ce rapport de 23 pages pose un œil critique sur la situation des droits de l’homme au Togo, notamment la corruption des fonctionnaires d’Etats, les restrictions des libertés et les abus commis par les forces armées, la gendarmerie et la police.

« La constitution et les lois interdisent la torture et les autres traitements cruels, inhumains et dégradants. Cependant, plusieurs rapports incriminent les autorités gouvernementales d’utiliser ces pratiques. Par exemple, le 13 avril, des contestataires détenus au Service central de recherches et d’investigations criminelles (SCRIC) ont été passés à tabac de façon répétitive à la corde ou au bâton. L’un d’eux a déclaré avoir été obligé de signer un document qu’il n’a pas été autorisé à lire préalablement et le lendemain, a été jugé et condamné sans conseil », indique le rapport.

En décembre 2018, poursuit-il, les forces de sécurité ont tiré et tué un enfant de 12 ans et un homme alors qu’elles essayaient de disperser les manifestants au gaz lacrymogène pendant une manifestation qui s’est déroulée dans les environs de Togblékopé, à quelques jours des élections législatives.

« Les autorités ont décliné toute responsabilité des forces de sécurité en affirmant que ce ne sont pas les balles utilisées par les forces de sécurité qui ont servi à tuer », ajoute le rapport.

« Le 13 avril, les forces de sécurité ont battu à Bafilo un manifestant qui participait à une manifestation non autorisée organisée par le Parti national panafricain (PNP). Il est mort quand on le conduisait à l’hôpital. Selon des organisations de droits de l’homme, la famille n’a pas pu porter plainte à cause de la peur des représailles et les autorités n’ont pas pu donner à la famille les circonstances qui entourent l’incident », cite ce rapport en exemple.

Joseph TELENDE

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.