Le Terrorisme d’État

Le Terrorisme d’État

Aux temps sombres de l’occupation de la France par les Nazis, quand la Résistance sabotait un pont ou des rails pour ralentir le transport des troupes ennemies, les Nazis se rendaient dans l’agglomération proche du lieu de sabotage, y choisissaient au hasard des personnes, hommes ou femmes, trouvées sur place, les alignaient contre un mur et les fusillaient. Films et documentaires en témoignent.

De nos jours, au Togo où l’Armée est au pouvoir depuis plus d’un demi-siècle, être opposant est un crime. Il suffit qu’elle ne trouve pas l’opposant recherché pour que l’Armée s’en prenne à sa famille, à son village, à son ethnie. Pour échapper à la furie des soldats, des familles sont obligées de quitter leurs maisons et d’aller vivre en brousse, sans eau, sans nourriture. Les jeunes gens qui sont particulièrement visés, sont poussés à l’exil.

Mais le Togo de la dictature n’est pas la France de l’occupation. Tant que c’est une ethnie qui est la cible des militaires, les autres ethnies se croient épargnées et se contentent de soupirer pour la victime. Tant que l’investisseur étranger profite de cette paix de cimetière pour s’engraisser, son pays ferme les yeux.

Selon une anecdote togolaise, un jour un bébé phacochère se moquait de sa mère à cause de ses dents sorties hors de la bouche. En guise de réponse sa mère lui dit : tu es encore jeune ; dans quelques années tu verras.

Zakari Tchagbalé

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.