Le ROADDH arme les femmes défenseures de droits humains pour leur sécurité

128

Le Réseau ouest africain des défenseurs des droits humains (ROADDH-WAHRDN) a ouvert mardi à Lomé une rencontre destinée à la formation des femmes défenseures des droits humains sur les mécanismes de protection. La formation, qui se tient du 18 au 20 juillet, regroupe des participantes venues de 5 pays de l’Afrique de l’Ouest.

En plus des types de violations et des abus qu’elles peuvent subir sans préjugé de leur différence avec leurs collègues hommes, les femmes défenseures des droits de l’homme peuvent subir des attaques spécifiques liées à leur genre et à leur statut telles que les attaques sexo-spécifiques. C’est un constat dressé par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples dans son rapport sur la situation des femmes défenseures des droits de l’homme.
En effet dans leur lutte, les femmes défenseures des droits de l’homme sont exposées du fait que la société patriarcale traditionnelle qui prévaut en Afrique de l’ouest à la femme qu’un rôle de second plan. Un état de chose qui ouvre la porte à plusieurs situations négatives pour la femme défenseures des droits de l’homme. Celle-ci est ainsi victime des humiliations qui visent à décourager les chefs de file du mouvement.
Pour la majorité des hommes, ces femmes qui se battent pour les droits de l’homme exagèrent. Du coup, elles sont victimes des stratégies diffamatoires et humiliantes dressées contre elles. Dans les zones sous l’empire du terrorisme, elles constituent une cible facile.
La formation de Lomé est destinée à renforcer les capacités de 10 femmes sur les mécanismes de protection et de sécurité des défenseures de droits de l’homme, à les outiller sur les techniques d’élaboration de stratégies de protection et de sécurité.

« Cet atelier n’est que le début d’une série de formations prévue pour se dérouler dans les prochaines années. Le but est d’amener les femmes défenseures de droits de l’homme à comprendre ce que c’est que leur sécurité et la professionnalisation de leur statut. Il s’agit de les amener à faire un travail professionnel pour collaborer avec leurs Etats au lieu de se comporter en antagonistes », a expliqué Mélanie Sonhaye-Kombaté, la Directrice des programmes et plaidoyers au ROADDH.

Une dizaine de modules seront détaillés au cours de cette formation dont les mécanismes de protection des droits de l’homme, la sécurité physique des défenseurs des droits de l’homme, les risques et menaces à la sécurité des femmes défenseures des droits de l’homme, etc.
Les participantes sont venues du Bénin, du Burkina-Faso, la Côte d’ivoire, le Niger puis le Togo.

TogoBreakingNews.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here