Le ridicule continue au Togo : Les Journalistes Jérôme Sossou du « Triangle des Enjeux » et Médard Amétépé de « Liberté » accusés par le SRI d’« avoir plagié » le rapport du Rejadd !

219

Ils étaient deux journalistes critiques vis-à-vis du régime cinquantenaire et pourri du RPT/UNIR à être convoqués ce matin à 9h par téléphone dans les locaux du Service de Recherches et d’Investigation (SRI) pour « affaires les concernant ».

Les deux directeurs de publications Jérôme Sossou du «Triangle des Enjeux» et Médard Amétépé de «Liberté» ont répondu malgré l’entorse à la procédure de convocation.

Ils étaient reçus dans les locaux du SRI par le patron des lieux assisté d’un major dont on dit qu’il est le bras droit du Colonel Massina.

Ils ont été longuement interrogés sur le rapport rendu public fin janvier par le Réseau des jenes Africains pour la Démocratie et le Développement( REJADD ), rapport dans lequel l’organisation de défense des droits de l’homme affirmait que d’août 2017 à janvier 2018, la crise socio-politique a fait au bas mot 100 morts.

Devant les réponses logiques des deux journalistes assistés de Aimé Le Bon Ékpé, président de l’Observatoire togolais des médias (OTM) et de Me Gil-Bénoît Afangbédji avocat, les patrons des médias disent avoir rendu compte d’un rapport rendu public par une ONG reconnue par l’État et qu’ils n’ont fait qu’exercer leur métier. Le SRI les a accusé alors d’avoir fait du plagiat car ayant reproduit un rapport sans aller faire une contre-enquête et les a obligé à faire une déposition.

Voilà ce à quoi sert un service de renseignement au Togo, ignorant tout du métier de journaliste et s’impliquant dans des dossiers qui sont hors de leurs compétences.

C’est comme si les services de renseignement français ou belges convoquaient « RFI » ou « Le Soir » et les accusaient d’avoir reproduit ou parler dans leurs organes des rapports de violations des droits de l’homme rendus publics par Amnesty International ou Human Right Watch. Tout simplement ridicule.

Dans le rapport du REJADD, il appartenait au gouvernement togolais ou à son fameux SRI de confondre l’Oddh à travers une contre-enquête et de confier le dossier à la justice ou à une commission d’enquête pour rétablir la vérité. Au lieu de vouloir passer par des journalistes pour enfoncer Assiba Biova Johnson, le président du REJADD enlevé manu militari et déposé au SRI.

Le système togolais est l’un des plus dangereux au monde en manière de violations systématiques et répétées des droits de l’homme. Normal car elle est la deuxième plus vieille dictature au monde après la Corée du Nord où la même famille règne dans une République pendant plus de 50 ans.

Abi Alfa Izotou patron du journal « Le Rendez-vous » est attendu demain matin à 8h GMT dans les bureaux des tortionnaires de la république. Même s’il n’est pas encore convoqué, Ferdinand Ayité du bi-hebdomadaire « L’Alternative » est aussi dans le viseur de ceux qui veulent mettre à tout prix les médias sous silence.

Rappelons que ni la HAAC, ni les organisations de la presse togolaise n’ont élevé le moindre reproche face à ce qui semble être le bâillonnement de la presse libre et indépendante au Togo.

Anani Sossou

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here