Le prêt agricole prend racine

39

MIFA, qui signifie ‘fraîcheur’ en Ewé, est un mécanisme destiné à accroître l’engagement du secteur bancaire en faveur du secteur agricole en augmentant le volume des prêts et en baissant les taux d’intérêts.

L’idée est simple et commence à marcher.

Le dispositif, lancé en avril dernier, fonctionne par le biais d’un panier auquel contribuent les partenaires au développement, le gouvernement et les banques ; mais encore toutes pour le moment.

Il permettra, à terme, de générer des lignes de crédits jusqu’à 10 fois le capital d’amorçage investi dans un délai de 10 ans afin de porter les prêts agricoles de 0,3% à 5% du total des prêts bancaires. 

Un million de producteurs pourraient en profiter d’ici 2021.

Pour faire de ce projet un succès, les pouvoirs publics tablent sur une stratégie d’agrégation, à travers des mécanismes tels que la professionnalisation des chaines de valeur, l’inclusion financière et les coopératives.

Le MIFA espère à la fois l’octroi de prêts agricoles plus généreux de la part du secteur bancaire et une baisse des taux d’intérêts

La finalité est d’encourager le monde agricole à s’engager dans la transformation.

L’agriculture est le moteur de la croissance économique. En 2017, elle a contribué à environ 38% du PIB national.

Cependant, elle manque cruellement de financement pour se développer. 

Sur la période 2011-2016, seulement 0,3% des crédits bancaires ont bénéficié au secteur agricole et agro-industriel.

Ce taux a même chuté à 0,2% l’année dernière. 

Sur la même période, on a également constaté une baisse de 1% des allocations des systèmes décentralisés de financements (SFD). 

Banques comme SFD expliquent ce contexte par la faiblesse de la culture financière et entrepreneuriale, l’absence de garantie de marché, l’inexistence de produits financiers adaptés au secteur agricole et la faible capacité d’évaluation des risques.

L’initiative MIFA arrive donc à point nommé. Elle s’inspire directement de ce qui est fait depuis plusieurs années au Nigeria.

Vendredi, Faure Gnassingbé s’est rendu à Kovié (région Maritime) pour constater de visu l’évolution de la phase pilote du MIFA.

A ce jour, 3.500 agriculteurs ont été accompagnés sur 7 sites ciblés ainsi que 122 coopératives pour un montant de 2 milliards sous forme de crédits 

A Sadori dans la préfecture de l’Oti, Tagnamboul dans le Dankpen, à Blitta, Notsè, Kovié ou Aglomeglozou, les agriculteurs ont bénéficié d’une pré-livraison d’intrants pour environ 75 millions FCFA, c’est une autre forme d’assistance fournie par le MIFA. A signaler également, la création d’une compagnie d’assurance couvrant les risques chez les agriculteurs.

Republic Of Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here