Le plan C de Tikpi Atchadam pour « dégager » Faure Gnassingbé du pouvoir

5571


La déclaration de Tchamba, les Togolais se rappellent sûrement cet événement où le président du Parti national panafricain (PNP), Tikpi Atchadam avait structuré la lutte pour l’avènement de l’alternance au pouvoir en trois (3) étapes. Dans ses vœux aux Togolais en ce début d’année 2019, Atchadam a menacé de mettre en branle la troisième étape de la déclaration de Tchamba qui aboutira au départ de Faure Gnassingbé du pouvoir.

« Nous serons bien obligés de dérouler la déclaration de Tchamba jusqu’à la victoire finale. La lutte continue, notre force, c’est le nombre du peuple en lutte, il revient à toi qui as tué le serpent, de lui couper la tête. Qui peut le plus, peut le moins. Le moment est venu de donner à la lutte ce qui lui manque, sa généralisation à l’ensemble du territoire national sans exclusive », avait indiqué Tikpi Atchadam dans son message.

Au cours de la réunion hebdomadaire du PNP samedi dernier à Lomé, les responsables du parti ont encore réitéré cela. Pour eux, il est temps d’aller vers la mise en œuvre de l’étape 3 de la déclaration de Tchamba. Ils indiquent d’ailleurs avoir trouvé une faiblesse du régime de Faure Gnassingbé à travers des « aveux » du ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales.

En effet, dans sa lettre-réponse à la Coalition des 14 la semaine dernière pour interdire les meetings dans certaines localités du pays, Payadowa Boukpessi avait indiqué que les forces de l’ordre ne peuvent sécuriser plus de 10 manifestations par jour à travers le pays. Ceci « pour des raisons d’effectif ».

« Il suffirait de multiplier les localités de manifestations par 100 et ils seront naturellement débordés et finalement anéantis. Si tout le monde se met debout, le tour est joué. Cela s’appelle le maillage des forces de contestation. Lorsque tous les foyers seront en ébullition, on ne peut qu’avoir le résultat escompté, c’est-à-dire l’alternance au sommet de l’Etat, le changement démocratique et le développement économique », a déclaré Ouro-Dzikpa Tchatikpi, Conseil du président national du PNP.

A l’en croire, c’est justement ce que propose l’étape 3 de la déclaration de Tchamba. « L’étape 3 commence lorsque les 2 premières étapes ne seront pas suffisantes. Elle consisterait qu’en 2020, Faure Gnassingbé est candidat et il a donc piétiné la queue de la vipère. Nous allons mettre tout le pays debout et de façon permanente jusqu’à ce qu’il ne se retire de la course », a expliqué Tchatikpi.

Le 24 décembre 2016, le PNP a demandé à Faure Gnassingbé de mettre en place une transition pour opérer les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales. C’est la première étape qui n’a pas trouvé écho favorable auprès du régime. Alors s’est déclenchée la deuxième étape le 19 août 2017. Face à l’entêtement du régime en place, le PNP se voit obligé de mettre en œuvre le plan C, c’est-à-dire la troisième étape de la déclaration de Tchamba.

I.K

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here