Le Parti des Togolais ne participera pas aux locales

97
Le Parti des Togolais ne participera pas aux locales

Devant la presse ce mercredi 15 mai à Lomé, les responsables du Parti des Togolais ont donné leur position par rapport à la situation sociopolitique que connait actuellement le Togo. Dans leur déclaration liminaire, presque tous les sujets brûlants de l’actualité ont été abordés. De la question des menaces djihadistes au nord du pays, à celle des élections locales, en passant par la révision constitutionnelle effectuée le 8 mai dernier. Les leaders de ce parti sont également revenus sur les motifs ayant conduit à leur départ au sein de la coalition. Bonne lecture.

Conférence de presse du 15 mai 2019 à Lomé

Déclaration liminaire

L’essentiel demeure l’obtention des conditions démocratiques d’exercice de la politique

Le Parti des Togolais vous remercie de l’opportunité que vous lui offrez ce jour, à travers vos médias respectifs, de faire la revue de l’actualité de notre pays à l’attention de l’opinion publique nationale et internationale. Nous souhaitons porter notre attention pendant ce moment d’échanges sur : (i) le défi sécuritaire auquel doit faire face notre pays en ce moment,

(ii) la récente révision constitutionnelle, (iii) la tenue des élections locales annoncées par le gouvernement, (iv) et la sortie du Parti des Togolais de la coalition C14.

Le défi sécuritaire

Le dossier sécuritaire s’invite comme un axe de priorité dans la liste des préoccupations des Togolais.

En effet, le 17 avril 2019 on apprend par le Burkina Faso la présence de cellules terroristes installées dans le Nord du Bénin et du Togo. Il s’en est suivi l’arrestation de présumés terroristes par les forces de sécurité et de défense togolaises sur le territoire national, d’une part, et l’assassinat d’un guide béninois couplé de l’enlèvement de deux touristes français dans le Nord du Bénin le 1er mai dernier, d’autre part.

Ces événements, couronnés par la libération sanglante des otages au Burkina Faso le 10 mai, viennent concrétiser la menace insistante de voir des groupes terroristes descendre vers le Golfe de Guinée au fur et à mesure de la progression des attaques au Burkina Faso, elles-mêmes consécutives à celles du Mali, du Niger et du chaos en Libye.

Le Parti des Togolais salue le déploiement des forces de sécurité et de défense dans le nord du Togo en vue de de contrer ces nouvelles menaces auxquelles l’État et les citoyens sont confrontés.

Le Parti des Togolais félicite les forces de sécurité et de défense pour les mesures mises en place pour protéger les citoyens togolais de ces menaces extérieures.

Avec cette même ardeur que celle déployée contre les agressions extérieures, il serait plus que louable et souhaitable que les forces de sécurité et de défense développent le même engagement pour la protection des citoyens togolais contre les menaces intérieures. Le Parti des Togolais les y encourage vivement.

Le Parti des Togolais recommande fortement au gouvernement de prendre en compte, au-delà du tout sécuritaire, les facteurs qui constituent le terreau pour l’implantation de ces groupes à savoir les injustices sociales, la pauvreté économique et les frustrations politiques que les groupes terroristes utilisent pour recruter.

Quand bien même nous avons au sein de la grande famille togolaise du linge sale à laver, des griefs légitimes et graves à aplanir, Le Parti des Togolais exhorte vivement les Togolaises et les Togolais à travailler ensemble contre ce redoutable ennemi qu’est le terrorisme qui piétine les frontières. Nous devons collaborer étroitement avec les forces de sécurité et de défense dans la lutte contre les groupes terroristes. Cela ne remet pas en cause notre lutte pour la démocratie.

Le Parti des Togolais en appelle aux forces de sécurité et de défense à créer les conditions favorisant l’étroite collaboration de la population.

La révision constitutionnelle du 8 mai

La révision constitutionnelle du 08 mai 2019 est nettement en deçà des attentes des Togolais. Cette situation est très regrettable. En effet, on sait que la composition de l’actuelle Assemblée nationale est très en harmonie avec l’Exécutif, cela aurait dû permettre de faire un saut qualitatif dans la révision constitutionnelle. Le manque de volonté politique du régime à satisfaire les Togolais est encore avéré.

Certes le rétablissement du mode de scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour l’élection présidentielle est une avancée. Mais il reste encore beaucoup de choses à corriger pour satisfaire le peuple togolais.

Le principe de l’amnistie peut constituer un puissant instrument de réconciliation nationale. Mais pour qu’il produise des fruits, il est nécessaire qu’il s’inscrive dans une démarche globale qui implique le peuple dans un consensus et surtout qui procure des avantages effectifs à toutes les composantes de la Nation.

L’opportunité offerte au chef de l’Etat sortant de pouvoir briguer encore deux autres mandats après les trois premiers, demeure un non-sens.

Quand on limite soi-même l’exercice du mandat présidentiel à deux, c’est qu’on adhère à ce principe et on ne doit donc pas se battre pour avoir l’opportunité de faire quatre voire cinq mandats.

Les élections locales

Le Parti des Togolais prend acte de l’annonce par le gouvernement de la tenue le 30 juin prochain des premières élections locales depuis plus de trois décennies.

Il constate cependant que tous les actes posés et prévus par le gouvernement et la CENI sont de nature à compromettre la transparence et l’équité de ces élections.

Le Parti des Togolais reste intraitable sur la question de la fiabilité du fichier électoral et réitère la nécessité de réaliser des audiences foraines pour la production de jugement supplétif d’acte de naissance qui permettra l’établissement de carte nationale d’identité. L’inscription sur les listes électorales ne doit se faire que sur la base de carte nationale d’identité avec la technologie de biométrie intégrale.

Les conditions minimales d’élection se rapprochant d’un caractère démocratique n’étant pas réunies, le Parti des Togolais n’est pas concerné par les élections locales prévues le 30 juin prochain.

La sortie du Parti des Togolais de la Coalition

Depuis le 20 mars 2019, le directoire du Parti des Togolais a pris la décision de mettre un terme à sa qualité de membre de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise.

Cette décision est survenue en raison des divergences profondes dans la construction de nouvelles orientations, du manque de cohérence dans l’enchaînement des décisions prises, des approches non homogènes ainsi que des défaillances organisationnelles et structurelles de la coalition C14. Les journées de réflexion des 20 et 21 février ont largement souligné ces points.

Le Parti des Togolais a une vision claire de la lutte et il agira de manière constante selon cette ligne de conduite.

Le Parti des Togolais demeure ouvert à la mutualisation des ressources dans une démarche cohérente et homogène.

Pour finir

Le Parti des Togolais condamne la détention arbitraire des manifestants et des cadres des partis politiques, notamment Nourredine Gueffe et Ouro Djipka, ce dernier en garde à vue illégale depuis 21 jours déjà. Il demande leur libération immédiate.

Le Parti des Togolais remercie ses militants, sympathisants et tout le peuple togolais pour leur soutien et leur détermination.

Le Parti des Togolais réitère aux Togolaises et Togolais, sa volonté de continuer à œuvrer avec engagement pour une transformation de la Nation Togolaise.

Il est temps.

GAMESU

Je vous remercie

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here