Le nouveau port de pêche de Gbétsogbé boudé par les pêcheurs

Le nouveau port de pêche de Gbétsogbé boudé par les pêcheurs

Le nouveau port de pêche de Gbétsogbé à Baguida (banlieue-Est de Lomé) n’attire pas de monde. Il est plutôt abandonné par ceux pour qui il est construit. En tout cas, le moins qu’on puisse dire, c’est que malgré les 20 milliards de FCFA engloutis dans sa construction, les activités peinent à démarrer dans ce nouveau port de pêche.

Inauguré en grande pompe le 24 avril dernier par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, ce nouveau port de pêche, dit moderne, se veut un cadre devant favoriser l’accroissement de la production halieutique, jusqu’à 25 000 tonnes de poissons par an, a-t-on appris.

Fruit de la coopération entre le Togo et le Japon à travers l’agence de coopération internationale japonaise (JICA), l’ouvrage dispose d’une capacité de 300 à 400 pirogues et est doté d’infrastructures modernes de débarquement, de conservation et de vente.

Selon le gouvernement togolais, au moins 8 000 personnes interviendront sur ce nouveau port de pêche. Il s’agit de 3 000 pêcheurs et 5 000 mareyeuses et transformatrices de poissons.

Seulement voilà, presque 5 mois après son inauguration, les activités peinent à démarrer dans ce nouveau port de pêche censé améliorer les conditions de travail et de vie des acteurs du secteur halieutique. Jusqu’à présent, aucun poisson n’a été pêché ni vendu dans ce port, même pas un simple alevin.

L’endroit est toujours désert comme certains marchés construits par le gouvernement, mais boudés par les populations à travers tout le pays. Ce port de pêche construit à coût de 20 milliards de francs CFA est même devenu le repère des rats, des chauves-souris et des lézards. Les vrais occupants ont tout simplement boudé les lieux.

Selon les informations, si ce nouveau port pêche de Gbétsogbé est toujours inoccupé, c’est parce que les pêcheurs avaient, entre-temps, posé quelques revendications avant tout démarrage d’activités dans ce port.

Ils exigeaient donc la construction d’une clôture, d’un marché aux poissons, d’un magasin de stockage des matériels de pêche. Mais jusqu’à présent, la clôture, la principale revendication des pêcheurs, n’est pas encore sortie de terre. Seules quelques briques y ont été entreposées en guise de clôture. Ce qui frustre encore les pêcheurs. Ces derniers préfèrent plutôt exercer leurs activités génératrices de revenus sur l’ancien site communément appelé Habor.

« C’était promis et assuré qu’au moins la clôture serait en train d’être terminé. Mais, je ne sais plus où se situe le blocage », confie Abdou Derman, Secrétaire général du SYNAPETO (syndicat national des pêcheurs du Togo) à nos confrères de Agridigitale.

Pour rappel, la construction du nouveau port de pêche a démarré le 25 avril 2017. Les travaux sont financés à hauteur de 14 milliards de francs CFA par le Japon et de 6 milliards par l’Etat togolais.

Godfrey Akpa

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.