« Le Moi pur et l’acte d’être »: Le tout nouveau livre philosophique du Père Joseph Nemi Ngui dans les kiosques

89


Le Révérend Père Joseph Nemi Ngui, Frère de la Communauté Saint Jean et curé modérateur de la Paroisse universitaire Saint Jean Apôtre de Lomé, vient de faire sortir un tout nouveau livre philosophique intitulé : « Le Moi pur et l’acte d’être ». Un chef d’œuvre qui retrace la vie de la Philosophe et carmélite juive Édith Stein. L’ouvrage a été dédicacé ce weekend à Lomé.

Paru aux Éditions Saint-Augustin Afrique, ce livre de 550 pages qui expose l’originalité de la pensée philosophique d’Édith Stein est scindé en trois parties à savoir: Signification du Moi pur comme acte de conscience, Signification plénière et ultime de l’acte: l’Acte pur, et enfin « Je suis »: l’être en personne.

Selon l’auteur, à travers cet ouvrage, l’on pourra découvrir comment Edith Stein, dans sa démarche philosophique, a dû confronter deux mondes philosophiques diamétralement opposés (notamment la philosophie de Thomas d’Aquin et la phénoménologie d’Edmund Husserl) pour pouvoir frayer son propre chemin vers la sagesse théologique et mystique considérée comme le summum de l’activité philosophique.

« C’était rare ce que cette femme a fait. Elle a marqué son temps en conciliant la science, la sagesse, la mystique et la sainteté jusqu’au martyr. A travers cet ouvrage, c’est vraiment la découverte d’une figure emblématique de la pensée qui reste encore inconnue, mais qu’on mériterait de découvrir surtout qu’elle est une femme qui a pu mettre une continuité entre ce que la raison humaine peut produire comme savoir et comme recherche philosophique rigoureuse. Cette femme a permis de voir ce que la raison humaine peut acquérir comme sagesse en accueillant la parole de Dieu. Mais surtout une autre sagesse qui échappe à la raison humaine, la sagesse mystique qui vient du don de l’esprit saint », a précisé le Révérend Père Joseph Nemi Ngui.

Pour le Curé modérateur de la Paroisse universitaire Saint Jean Apôtre, la fécondité de la pensé d’Édith Stein touche les domaines anthropologique, théologique, pédagogique etc. Elle assume l’anthropologie aristotélicienne adoptée par Thomas d’Aquin à l’intérieur d’une démarche phénoménologique qui conçoit la personne humaine comme un être spirituel et libre, ouvert aussi bien vers l’intérieur que vers l’extérieur et dont la personnalité se constitue à partir d’un centre (le noyau de l’âme) et à travers une triple appartenance: à une culture, à une communauté humaine et à une communauté de foi.

Née le 12 octobre 1891 Breslau (en Europe), Edith Stein a été avant tout une phénoménologue, une assistante du philosophe autrichien Edmund Husserl. En 1916, elle soutient sa thèse de doctorat à Fribourg sur l’ « empathie ». Sa conversion interviendra plus tard lors de la lecture de la Vie de saint Thérèse d’Avila. Elle reçut le baptême en 1922. En 1933, elle entra au Carmel de Cologne où elle devint sœur Thérèse-Bénédicte de la Croix. En 1942, à la suite d’une courageuse lettre pastorale des évêques hollandais dénonçant les atrocités de l’idéologie nazie, elle est arrêtée et déportée et gazée à Auschwitz.

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here