Le gouvernement fixe la date des législatives

Le gouvernement togolais, en dépit de la crise politique qui s’enlise au jour le jour, n’a visiblement que faire des rappels à l’ordre pour une CENI consensuelle. Il vient de fixer la date des élections législatives.

Mardi dernier, le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, Payadowa Boukpessi, au cours d’une rencontre avec certains responsables politiques, des organisations de la société civile, en présence des membres du gouvernement, a déclaré que le scrutin législatif aura lieu au plus grand tard le 14 juillet 2018.

Selon lui, cette date tient compte de la prescription de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) qui interdit toutes modifications de la loi fondamentale à six mois d’une élection.

La coalition de l’opposition, elle, ne s’inscrit pas dans cette logique. Elle exige le retour à la Constitution de 1992, le vote de la diaspora, la libération sans conditions des détenus politiques, entre autres.

Au même moment, le gouvernement s’active pour organiser un référendum pour faire faire passer sa révision constitutionnelle qui limite le nombre de mandats présidentiels à deux, certes, mais qui donne la possibilité à Faure Gnassingbé d’en briguer encore au moins deux nouveaux.

Selon les indiscrétions, le référendum pourrai se tenir avant même les législatives.

A.H.

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.