Le contrôle à la prison civile de Lomé se durcit

Le contrôle et la fouille à la prison civile de Lomé rendent la vie difficile aux détenus et leurs visiteurs. Le quotidien privé Liberté N°2551 renseigne même qu’un colonel dirigerait ces mesures sécuritaires.

Les privés de liberté et qui sont déférés à la prison civile de Lomé doivent désormais faire avec le durcissement des contrôles et des fouilles. Leurs visiteurs s’en plaignent.

Cette nouvelle mesure a, souligne ce journal, commencé depuis le 19 août dernier suite aux arrestations et transfèrement des personnes interpellées lors des manifestations du Parti national panafricain (PNP) dans ce lieu de détention.

Le colonel Madjouba Bitala, présenté par la source comme un « ancien compagnon d’Ernest Gnassingbé », serait un proche du ministre de la Fonction publique, Gilbert Bawara. C’est lui, cite Liberté, qui piloterait ces nouvelles mesures de sécurité à « Azitimé ».

Ces nouvelles règles sécuritaires, ajoute l’auteur de la révélation, constituent « des actions qui sèmeraient la confusion au sein du Corps des surveillants de l’administration pénitentiaire ».

A.H.

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.