L’Armée togolaise

Un soldat togolais dans ses oeuvres dans une rue de Lomé, Togo, 2005 | Archives : DR

Dans la plupart de mes communications, j’évoque l’Armée togolaise et l’accuse d’être à l’origine du mal togolais. J’en suis toujours convaincu. Là n’est pas le problème. Mon inquiétude vient de mauvaises interprétations que certains font de ma position. En particulier, ils pensent que je suis contre les militaires, donc anti-militariste. D’où la nécessité de précisions.

Dans un système démocratique, l’Armée est une institution de l’Etat, au même titre que l’Assemblée nationale, le Gouvernement, la Justice, etc. Un Etat ne peut exister sans Armée.

Dans un Etat de droit, le Peuple est souverain. C’est lui qui contrôle à travers ses représentants à l’Assemblée nationale le fonctionnement de toutes les institutions, outils de la gouvernance. Mais aucune institution n’a le droit de se mettre à la place du Peuple en s’emparant du pouvoir d’Etat pour l’exercer à son seul profit.

Or, l’Armée togolaise s’est emparée du pouvoir d’Etat et l’exerce depuis 1963 jusqu’à ce jour. Pour empêcher le Peuple de se révolter contre ce ignoble forfait, tout engoncée dans ses uniformes et galons, elle est allée jusqu’à créer un parti politique! Pour y embrigader la population, elle a rendu le parti UNIQUE. Elle a ainsi installé une monarchie militaire de fait mais, pour faire semblant d’être un régime républicain, elle a rédigé une Constitution mais elle l’ignore royalement. A chaque fin de mandat c’est par coups d’état qu’elle se succède à elle-même. Une telle Armée, même des militaires la détestent.

L’Armée togolaise, en tant qu’institution, est l’otage de quelques hommes. Cette poignée d’individus se sont cooptés sur la base de leur nullité commune. Quand on est nul on n’a aucune qualité pour pour se faire aimer. Alors, pour s’imposer, il faut toujours montrer ses crocs comme un chien méchant. Ils n’ont que la terreur comme arme: terreur au sein du Peuple mais aussi terreur au sein de l’Armée elle-même. Un officier de qualité est un officier suspect ; les hommes de troupe, parce qu’ils sont mal payés et soumis à des corvées ignobles, sont également suspects. On ne peut les tenir tous que par la terreur.

Pour contrôler ce monde suspect au sein de l’Armée, les nuls du sommet recrutent des loubards, les habillent en soldats et en font des hommes de mains et de renseignement au sein de l’Armée. Habillés en treillis ces faux soldats sèment la terreur dans les casernes. Ils sont payés en fonction de l’efficacité de leurs forfaits.

L’Armée togolaise ne peut cesser d’être dictatoriale que si le Peuple parvient à mettre à sa tête des officiers de qualité, c’est-à-dire des officiers tellement bien formés que leur sort n’est pas lié à la seule détention d’arme.

Zakari Tchagbalé
[22/01/2020]

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.