La misère de la gouvernance, ses abominations, ses crimes en quinze ans de règne au Togo

« Il n’y a que deux grands courants dans l’histoire de l’humanité: la bassesse qui fait les conservateurs et l’envie qui fait les révolutionnaires ». Edmond et Jules de GONCOURT nous situent dans leur Journal sur les luttes politiques, les grands moments de la mobilité sociale, les fondements psychologiques de la dynamique des groupes sociaux et les amarres de servitude qui contrarient le bondissement des cités.

Notre pays n’échappe pas aux heurts et aux chocs qu’allume le désir d’émancipation et de libération des peuples. Sa particularité marquée par les ténèbres démocratiques orchestrées par une dynastie désuète, et absolument mortifère sur les questions d’intérêt général mérite d’être retracée en ces moments où elle s’organise pour une rapine électorale qui éveille la vigilance de nos concitoyens, contraints à l’exploit de solidarité. Ils sont massivement engagés à contrer les calamités électorales des présidentielles le 22 février prochain pour garantir l’alternance politique dont ils sont longtemps sevrés par la délinquance électorale et les crimes de masse.
La force brute de la répression fauve a si souvent couvert l’usurpation, le traficotage des résultats par effraction que des parades innovées pour un rem-

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.