La C14 dénonce l’arrestation des responsables du PNP et appelle les autres partis à l’union

111

Des responsables du Parti national panafricain (PNP), interpellés lundi dernier par le SRI, ont été déférés mardi à la prison civile de Lomé. Indignée par cette situation, la C14 dénonce une restriction des libertés de manifestation et appelle les autres partis de l’opposition à la rejoindre pour une unicité d’action face au régime de Faure Gnassingbé.

COMMUNIQUE DE PRESSE

La Coalition des partis politiques de l’opposition togolaise C14 a appris avec consternation la convocation au SRI, puis le déferrement à la prison civile de Lomé de Gueffé Nouridine et Kéziré, deux responsables du Parti National Panafricain (PNP), accusés par le gouvernement togolais de n’avoir pas tenu compte de l’avis de l’autorité sur les itinéraires des manifestations pacifiques du 13 Avril 2019 organisées par le PNP.

Cette dernière évolution vient malheureusement s’ajouter au bilan déjà très lourd (1 mort, des dizaines de blessés et une trentaine de personnes arrêtées dont au moins 20 déjà condamnées et incarcérées, le saccage du domicile de Tikpi Atchadam, Président national du PNP) des violentes répressions exercées par les forces de défense et de sécurité sur les populations civiles aux mains nues.

La Coalition présente ses condoléances à la famille de Ziedhine Traoré, militant du PNP, souhaite un prompt rétablissement aux blessés et adresse toute sa compassion aux personnes arrêtées et incarcérées. Elle demande que toute la lumière soit faite par un organe indépendant sur les violences le 13 avril sur les populations civiles afin que les responsabilités soient clairement situées et les coupables traduits en justice.

La Coalition tient à condamner avec la dernière vigueur, l’usage systématique de la force brute contre les citoyens dans l’exercice pacifique de leur droit constitutionnel de manifester et à dénoncer l’instrumentalisation de la loi dite Bodjona, aux fins d’une réduction drastique programmée des libertés publiques pourtant consacrées par notre Constitution.

Face à cette entreprise délibérée de violations des droits de l’homme et des libertés publiques par le régime RPT-UNIR pour empêcher la mobilisation des populations togolaises en vue de l’alternance, la Coalition en appelle à l’union sacrée de toutes les forces vives de la nation incluant les partis politiques, les organisations de la société civile et de la diaspora dans le cadre d’un vaste Mouvement citoyen pour l’alternance.

Fait à Lomé le 18 avril 2019

Pour la Coalition, la Coordinatrice

Brigitte Kafui ADJAMAGBO JOHNSON

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here