Kenya : une écolière se suicide, humiliée par son professeur à cause de ses règles

64


Le vendredi 6 septembre, Jackline Chepngeno, jeune fille kényane âgée de 14 ans, s’est donnée la mort après avoir été humiliée par son professeur à cause de ses menstrues.

La jeune Jackline s’était rendue à l’école vendredi dernier sans se rendre compte qu’elle avait ses règles. Une fois qu’elle a pris conscience que ses vêtements étaient tâchés de sang, elle a décidé d’en parler à son professeur durant ses heures de classes.

Ce dernier l’aurait alors qualifié de “sale”. Jackline, honteuse de la situation, s’est pendue. Cette histoire a ébranlé toute la population locale. Si le décès prématuré de la jeune fille a bouleversé tout le monde, les suites de cette affaire ont encore plus choqué.

En effet, après avoir découvert le corps de sa fille décédée, la mère de Jackline a décidé d’alerter la police et de porter plainte. Mais la plainte n’a donné aucune suite. L’inaction des forces de l’ordre ou encore de l’établissement scolaire de Jackline a provoqué l’indignation en masse. Les parents d’élèves du collège kényan sont allés manifester devant l’école afin d’avoir des explications de la part du professeur en question et de la direction suite au suicide de l’adolescente.

La police, quant à elle, a dispersé la foule avec des gaz lacrymogènes. La direction de l’école est restée silencieuse même face aux questions de la presse.

Au Kenya, les règles sont un véritable tabou, mais, surtout, les protections hygiéniques sont difficiles d’accès. La raison en est le prix inabordable de ces produits de première nécessité.

Pourtant, en 2017, une loi au Kenya a permis de rendre ces protections accessibles à toutes les écolières puisqu’elles sont à présent distribuées gratuitement au collège. Encore aujourd’hui, ces mesures semblent ne pas être généralisées dans les écoles et la majorité des adolescentes ne se rendent pas à l’école durant leurs périodes de menstruation. Le suicide de la jeune Jackline, créant l’indignation, pourrait bien relancer le débat au sein du parlement kényan.

Source : l-frii.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here