Journée mondiale de lutte contre le Sida : l’ONG RAPAA joue sa partition


L’ONG Recherche Action Prévention Accompagnement des Addictions (RAPAA) a mené une action de prévention à l’Université de Lomé, ce mardi 10 décembre, dans le cadre de la journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA. Elle a présenté le résultat de cette activité à la presse ce mercredi. C’était une occasion pour cette organisation de vanter les mérites de la paire éducation et les groupes de discussion.

C’est rentré dans les habitudes de l’ONG RAPAA de mener des actions de sensibilisation en faveur des étudiants de l’Université de Lomé. Cette année, l’activité est placée sous le thème : “Consommation de substances psychoactives, violences, pratiques à risques et contamination aux IST(Hépatites , VIH/SIDA)”

Au cours de cette journée, plus de 1000 étudiants ont été touchés et sensibilisés sur les dangers que représentent la consommation de drogues et les risques de contamination aux IST. 4000 préservatifs masculins et féminins ont été aussi distribués en plus des outils de préventions tels que les dépliants, autocollants, t-shirts.

Les étudiants, de leur côté, ont témoigné un fort intérêt pour la thématique abordée et ont activement participé aux échanges. Ils ont aussi manifesté leur grande satisfaction et leur reconnaissance à l’ONG RAPAA pour ses actions visant le bien-être et l’épanouissement de la jeunesse.

Cette intervention,  a permis d’échanger avec les étudiants et de les informer  sur les liens entre la consommation de substances et le VIH/SIDA. En effet, la consommation de substances peut induire dans des comportements sexuels à risque notamment la perte de contrôle de soi, les rapports sexuels non consentis et/ou non protégés, les violences sexuelles, la vulnérabilité aux agressions qui sont des portes ouvertes au VIH.

“C’est une activité qui nous permet d’informer et de mobiliser les étudiants autour de la question de la contamination au VIH liée à la consommation des substances.  Il y a un lien entre la consommation et la contamination. Une personne qui consomme est plus vulnérable à la contamination au VIH et aux IST”, a fait savoir Jules Apedjinou, Directeur exécutif de l’ONG  RAPAA.

Pour mener à bien leur mission, l’ONG a procédé par la paire éducation et les focus groupes, des méthodes qui facilitent les échanges, le partage des informations et le transfert de connaissances afin d’adopter les aptitudes et attitudes nécessaires à un changement de comportements.

Source : l-frii.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.