HCRRUN : Bè veut connaître les présumés auteurs du massacre de la lagune

521

La délégation du Haut commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCCRUN) a posé ses valises au Centre communautaire de Bè ce mercredi. Occasion pour les populations de ce grand quartier de Lomé et de ses environs d’écouter le message apporté par Awa Nana-Daboya et ses collègues.

Des discussions, il ressort que, comme on l’a constaté dans les autres localités visitée par cette délégation, les populations de Bè ne contestent pas le fait qu’il y ait une réconciliation au Togo. Toutefois, la difficulté réside dans les nombreuses exactions et violences subies par Bè. Le plus connu de tous reste le repêchage de plus d’une vingtaine de corps dans la lagune de Bè le 11 avril 1991.

Pour les populations de Bè, il faut qu’on arrive à connaître les présumés auteurs de cette tuerie, avant de parler d’une véritable réconciliation. « Réconciliation, oui, mais il faut que le Haut-Commissariat arrive aussi à satisfaire nos doléances pour que les cœurs soient entièrement épurés de colère et de haine », a confié Teko Lawson, dont les propos sont rapportés par nos confrères de togobreakingnews.

A cette doléance, s’ajoute la restitution des terres spoliées à la communauté de Bè, le suivi aux personnes qui sont marquées à vie par ces violences et qui souffrent encore physiquement et psychologiquement.

La mise en œuvre des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales pour garantir la non répétition de ces violences, s’est également invitée dans les débats.

Quant à la présidente du HCRRUN, Awa Nana, il faut que Bè aide l’Etat afin que le processus de réconciliation devienne une réalité au Togo. Elle a rassuré les uns et les autres de tout faire pour que les populations de Bè se sentent concernées dans ce processus.

I.K

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here