Grèves : les parents d’élèves n’en peuvent plus

Cette semaine, La Coordination des Syndicats des Enseignants du Togo (CSET) a de nouveau observé une grève sur l’ensemble du territoire national du mercredi 21 à ce vendredi 23 février. Les parents d’élèves perdent de plus en plus patience à voir leurs enfants à la maison.

« Même si les cours reprenaient, les enfants auront un retard considérable dans leur formation » ont-ils réprimé dans un message cité par Afreepress.

«Nous sommes tous des fonctionnaires. Dans l’administration togolaise, les indemnités et primes des enseignants sont à une hauteur élevée par rapport aux autres fonctionnaires. Il est temps qu’ils fassent aussi le minimum d’effort pour donner ce qu’il faut aux enfants en attendant que les autres revendications soient satisfaites avec le temps » poursuivent-ils.
Rappelons que les enseignants grévistes réclament un statut particulier de l’enseignement et voudraient également avoir une position claire du gouvernement sur les critères d’octroi des primes et indemnités relativement au statu requis les enseignants.

Le groupe de travail mis en place par le gouvernement pour évaluer la faisabilité des revendications des enseignants estime dans un communiqué paru ce jour, qu’il faudrait jusqu’au 1er mars pour en avoir le cœur net par rapport à la mission, à lui confiée.

A. Lemou

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.