Grève du Synbank : Fidelia Assurances accusée de trahir le mot d’ordre

49
Grève du Synbank : Fidelia Assurances accusée de trahir le mot d’ordre

Alors que le Syndicat des employés et cadres des banques et établissements financiers et des assureurs du Togo (Synbank) et le Syndicat National des Employés et Cadres des Compagnies d’Assurances (Synasur) démarrent une grève sèche de 72 heures à compter de ce mardi sur toute l’étendue du territoire, avec la fermeture des banques, établissements financiers et compagnies d’assurances, la société Fidelia Assurances a ouvert ses portes, faisant ainsi fi du mot d’ordre de grève.

Située sur le boulevard du 13 janvier, à quelques encablures de DHL, la direction de la compagnie Fidelia Assurances affiche une attitude des plus déplorables en pleine grève décrétée par son syndicat. Ce mardi, les employés sont venus au boulot, malgré le mot d’ordre de grève de 72 heures respecté par les banques et compagnies d’assurance.

Ce matin, dans les bureaux de ladite compagnie d’assurances, le département comptabilité affiche complet, de même que le département souscription et le département commercial. Les délégués du personnel qui sont censés défendre les droits de leurs collègues sont sans voix, et n’osent même pas dénoncer l’injustice et le cynisme de leurs patrons qui obligent les employés à venir au bureau ce mardi, en pleine grève.

Selon nos informations, la responsable département commercial, Mme Ayoko Kueviakoe Bonou qui n’est autre que la fille du président du conseil d’administration, aurait demandé la discrétion totale à ses employés, au risque de se faire licencier. « Les journalistes ne doivent pas savoir que nous restons la seule compagnie d’assurances opérationnelle ce mardi, malgré la grève », aurait-elle déclaré.

Hypocrisie, trahison. Les qualificatifs ne sont pas trop forts pour qualifier l’attitude des employeurs de Fidelia Assurances. Pas trop surprenant, surtout qu’on sait qu’il y a quelques jours, le Directeur Général Franck Klutsè a démissionné de son poste.

« Le malheur, ce n’est pas seulement les autres », dira quelqu’un. Aujourd’hui, c’est NSIA, demain, ça pourra être Fidélia Assurances. La roue de l’histoire tourne.

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here