Gouvernement-enseignement confessionnel: la question de la prime à l’ordre du jour

208

Depuis janvier, un groupe ad hoc est mis sur pied pour le règlement de la crise qui secoue le secteur de l’enseignement. Après le dédoublement de la prime d’incitation à la fonction enseignante qui est passée de 10.000 francs à 20.000 francs CFA pour les catégories A et de 8000 à 16.000 francs CFA pour les autres catégories, l’enseignement confessionnel demande que ces indemnisations lui soient étendues.

Le gouvernement a rencontré hier lundi, les enseignants des confessions religieuses à savoir catholique et protestant. Le gouvernement a accepté d’augmenter la subvention qu’il apporte à ce secteur.

Pour le révérend père P-C Afognon, directeur national de l’enseignement catholique, ces enseignants demandent «l’intégration des indemnisations des 20 000 Fcfa au salaire des enseignants confessionnels catholiques et protestants qui sont déjà payés par la subvention que l’Etat octroie. Deuxièmement l’augmentation de la subvention que l’Etat accorde à l’enseignement confessionnel et enfin de discuter pour parvenir à un cadre légal qui puisse régir le partenariat entre l’Etat et les églises ».

Le ministre Gilbert Bawara pour répondre à cette demande et satisfaire ces enseignants a laissé entendre qu’ils « ont convenu de mettre en place une petite structure comprenant les représentants du gouvernement et des églises catholiques afin d’aborder ces différents points qui mériteraient d’être réglés afin que la contribution des églises en matière d’éducation puisse continuer ».

M E

Lomechrono.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here