Ghana: il avoue avoir utilisé 675 personnes pour des rituels d’argent [Vidéo]

172

Un jeune homme qui réside au Ghana a raconté dans une vidéo une horrible histoire sur comment il a utilisé 675 personnes pour des rituels et sur tout comment il a vécu sous l’emprise de »Satan pendant 17 ans. »

Dans la vidéo, on entend l’homme avoisinant la trentaine dire qu’il a servi dans le monde des ténèbres toute sa vie. Il ajoute que durant 17 années Satan était dans son corps. Selon l’homme qui portait un masque pour dissimuler son identité, il est particulièrement né avec des esprits maléfiques en lui, parce que selon lui sa famille est une «famille entièrement spirituelle».

Pour soutenir son pouvoir, il a dû offrir des sacrifices et il l’a fait 675 fois.

Il a expliqué que les 675 personnes qu’il a sacrifiées étaient pour la plupart des enfants qui lui avaient été donnés par des médecins et des infirmières membres d’un groupe occulte.

Le jeune homme a également révélé que pendant son séjour dans le monde spirituel, il avait à sa disposition 664 esprits démoniaques.

Il a continué en mentionnant quelques-uns des noms des esprits démoniaques. Parlant du travail des pasteurs au Ghana, il a déclaré que beaucoup d’entre eux utilisaient des esprits noirs pour tromper leurs fidèles.

Il a expliqué aussi qu’un trait commun entre ces «faux» pasteurs était leur utilisation de l’eau dans la guérison et d’autres séances de délivrance.

Aussi, a-t-il souligné, la maladie d’une personne peut disparaître après avoir utilisé l’eau du pasteur, elle reviendra dans les trois mois qui suivent.

Lorsqu’on lui a demandé s’il faisait cette confession pour du gain, il a souligné que son père était un ancien juge en chef qui lui a légué des biens après sa mort. De plus, il n’aurait pas quitté le royaume satanique s’il voulait des richesses.

La vidéo, publiée par YEN.com a été extraite d’une interview en direct entre l’homme au masque et le présentateur populaire ghanéen basé à Kumasi, Otwinoko sur Royal TV.

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here