Forum de la diaspora Togolaise d’Allemagne : Lettre ouverte

110

Samedi, 21 Juillet 2018 dans la ville de Wuppertal s´est tenu un forum de la Diaspora Togolaise d’Allemagne. Plusieurs centaines de togolais s´y étaient retrouvés pour discuter et passer en revue la situation politique du pays qui les a vus naître. Le tâtonnement de l´actuel dialogue inter-togolais, le maintien en prison de façon arbitraire des sympathisants des partis de l´opposition, et de la société civile malgré le caractère vide des dossiers, et surtout les recommandations pour la résolution de la crise togolaise attendues de la part de la CEDEAO fin Juillet 2018, ont meublé les débats.

Pour que d´autres ne parlent pas en leur nom sans leur avis, et pour peser de leur poids dans les décisions à venir pour la vie de leur nation commune, une structure fédérale de 12 membres fut mise sur pied, et les Togolais de la Diaspora d’Allemagne se sont entendus pour envoyer une lettre ouverte à qui de droit; lettre ouverte qui résume leur façon de voir quant à la résolution du casse-tête togolais, et dont voici la teneur.

Lettre ouverte à l´adresse des facilitateurs de la CEDEAO pour une sortie pacifique et durable de la crise togolaise

Excellences Messieurs les Présidents,

La Diaspora togolaise d´Allemagne, réunie ce jour 21 Juillet 2018 à Wuppertal, après analyse de la situation politique de notre pays, en est arrivée à la conclusion que les togolais, vu le martyr qu´ils vivent depuis un demi-siècle, sont un peuple sinistré qui a plus que jamais besoin de la solidarité et surtout de l´assistance de la Communauté Internationale pour résoudre ses problèmes.

Elles sont nombreuses, très nombreuses ces raisons qui ont fait du Togo depuis cinq décennies un pays pas comme les autres. À notre avis, le destin s´est détourné de notre pays le jour où, par ses caprices, un homme, suant méchanceté, haine tribale et aimant le sang, prit le pouvoir pour 38 ans. Plus de cinquante ans après, même mort, l´ombre d´Éyadéma continue de planer sur le Togo comme une épée de Damoclès, tant le mal a eu le temps de s´enraciner assez solidement.

La traversée du désert pour le Togo commence le 13 Janvier 1963, jour où le premier président démocratiquement élu fut lâchement assassiné. La dictature de Gnassingbé Éyadéma, avec son corrollaire de violations massives des droits de l´homme et d´appauvrissement à grande échelle des populations, aura duré quatre décennies.

À la mort du dictateur le 05 Février 2005, contre toute attente, des généraux de l´armée imposent son fils Faure Gnassingbé aux Togolais qui peinent jusqu´à ce jour à s´en débarrasser. De 2005 à 2015, élections volées et massacres de populations se sont alternés pour confirmer la dictature Gnassingbé deuxième génération. L´impunité qui a servi de socle aux divers crimes de sang durant des décennies, sévit de plus belle face à une justice instrumentalisée, laissant libre cours aux abus de toutes sortes sur les plans humain, social et économique. En dehors d´une minorité arrogante et corrompue gravitant autour du pouvoir qui a tout, tout le pays semble à l´abandon.

Déboussolée par ses propres contradictions et surtout par les pièges tendus par le régime de dictature, l´opposition, dans ses efforts de faire voir au peuple le bout du tunnel, n´a connu qu´échec sur échec. L´opposition et le peuple, ne sachant plus à quel saint se vouer, la résignation semblant avoir pris le dessus, un parti sorti presque de nulle part eut l´heureuse inspiration d´un nouvel élan révolutionnaire. Des manifestations pour des réformes politiques organisées simultanément dans cinq villes du Togo par le Parti National Panafricain (PNP) le 19 août 2017 fut le déclic qui redonna espoir au peuple togolais. Dans la foulée 13 partis de l´opposition rejoignent le PNP pour former une coalition afin de mener la lutte pour la démocratie. Des manifestations à répétition organisées par la coalition des 14 à Lomé et dans d´autres villes de l´intérieur furent sévèrement réprimées; certaines villes sont même militairement assiégées jusqu´à ce jour et malgré la promesse du régime RPT de satisfaire aux mesures d´apaisement, plus d´une cinquantaine de prisonniers politiques croupissent encore en prison à travers le pays.

Malgré la violence exercée par le pouvoir, la détermination du peuple ne faiblit pas et le régime Gnassingbé dut se rendre à l´évidence que cette fois-ci les choses ne se passeront plus comme avant. Acculé, Faure Gnassingbé appela à un dialogue avec l´opposition qui s´ouvrit le 19 Février 2018 sous votre bienveillance. Pour l´opposition ce dialogue ne sera pas comme les autres, cette fois-ci doit être la bonne. Mais le pouvoir, comme à son habitude, campe sur ses positions. Une situation de blocage qui a obligé la CEDEAO, à travers vos illustres personnes, à s´emparer du problème togolais. Des recommandations pour résoudre la crise sont attendues de la part de l´organisation sous-régionale lors de son prochain sommet fin juillet 2018 à Lomé.

Excellences, Chefs d´État de la CEDEAO,

Les Togolais de la Diaspora d´Allemagne ont l´honneur de vous adresser cette lettre pour rappeler les aspirations profondes du peuple togolais:

  • la libération immédiate et sans conditions de tous les prisonniers politiques
  • l´arrêt immédiat des persécutions, des arrestations, des poursuites et des violences à l´encontre des militants et dirigeants des partis politiques de l´opposition et de la Société Civile
  • l´arrêt immédiat des entraves à l´exercice du droit constitutionnel de manifestation sur toute l´étendue du territoire national
  • la levée de siège des villes de Mango, Bafilo et Sokodé.
  • et surtout l´ouverture d´une transition politique. Cette transition, dont la durée reste à être déterminée, aura pour tâche la réalisation des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Des réformes qui permettront à l´avenir l´organisation d´élections libres, transparentes et apaisées.
  • le maintien oui ou non de Faure Gnassinbgé au pouvoir jusqu´en 2020 doit faire l´objet d´un accord politique.

Excellences, Messieurs les Présidents, voilà résumées les grandes lignes de ce que les togolais et les togolaises espèrent voir figurer sur votre feuille de route pour une sortie paisible et durable de la crise.

Faites en sorte que la CEDEAO ait la sagesse de s´adapter aux tendances du moment qui sont pour l´alternance et la démocratie. Vous avez l´obligation historique de dire la vérité au pouvoir de Lomé en ouvrant la voie d´une alternance véritable aux Togolais. Autrement, les lendemains pour notre pays risquent de s´assombrir encore pour longtemps.

Excellence Professeur Alfa Condé, Excellence Nana Akuffo-Addo et tous les autres Présidents membres de l´organisation sous-régionale, les populations togolaises comptent sur votre sagesse pour pouvoir voir le bout du tunnel. Pour la stabilité de la sous-région, vous ne permettrez pas, nous en sommes sûrs, que le Togo reste l´unique gangrène à vos portes.
Recevez, Excellences, nos considérations distinguées!

Fait à Wuppertal, samedi 21 juillet 2018

La Diaspora d’Allemagne

Ampliations:

  • Commission de la CEDEAO
  • Président Prof. Alfa Condé de Guinée
  • Président Nana Akkufo Ado du Ghana
  • Président Muhamed Buhari du Nigeria
  • Ambassade des États-Unis au Togo
  • Ambassade de la République d´Allemagne au Togo
  • Ambassade de France au Togo
  • Chancellerie allemande à Berlin

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here