Forum AGOA 2018 : Le Togo à l’honneur à Washington

39
Forum AGOA 2018 : Le Togo à l’honneur à Washington


Le 17ème Forum annuel de la loi sur la croissance économique et les opportunités en Afrique « AGOA » (African Growth and Opportunity Act) s’est tenu les 11 et 12 juillet 2018 à Washington, aux Etats Unis d’Amérique.

Placée sous le thème : « Trouver de Nouvelles Stratégies pour le commerce et l’Investissement entre les Etats-Unis et l’Afrique », la rencontre a regroupé les ministres du Commerce des pays éligibles à l’AGOA dont le Togo, les ambassadeurs, les représentants du secteur privé et de la société civile.

La cérémonie d’ouverture officielle a été marquée par un discours de Mme Bernadette Légzim-Balouki, Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé du Togo, prononcé au nom des ministres du commerce des pays éligibles.

Pays organisateur du 16ème Forum AGOA (du 08 au 10 août 2017 à Lomé), le Togo a été invité solennellement pour participer aux travaux de la session préparatoire des experts et fonctionnaires africains des pays éligibles à l’AGOA le 09 juillet 2018 et à la session consultative des ministres africains du commerce le 10 juillet 2018, a appris l’Agence de presse AfreePress.

En rappel, la loi sur la croissance économique et les opportunités en Afrique dénommée African Growth and Opportunity Act (AGOA) adoptée en 2000 vise l’amélioration des relations économiques et commerciales entre l’Afrique et les Etats-Unis d’Amérique (USA) et particulièrement les exportations des pays de l’Afrique subsaharienne. Elle constitue la pierre angulaire des relations et des échanges commerciaux entre l’Afrique et les Etats Unis d’Amérique.

La nouvelle législation de l’AGOA s’articule autour de certains points essentiels en rapport avec les échanges commerciaux et le partenariat entre les Etats-Unis et l’Afrique en matière d’investissement notamment, le renforcement des capacités et la promotion de la croissance dans l’agro-industrie, les opportunités de partenariat entre les Etats-Unis et l’Afrique pour le renforcement des infrastructures en Afrique subsaharienne, la planification régionale et le renforcement des capacités dans le secteur de l’énergie, le renforcement de l’intégration régionale, l’amélioration du climat des affaires, la mise en place d’une chaine de valeur et de l’interconnexion des marchés sur le plan régional et international.

Raphaël A.

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here