Expérimentation de la 5G par Togo Cellulaire : Trouver plutôt des solutions aux plaintes des abonnés

Alors que les services proposés ne sont pas encore au point pour recueillir la pleine satisfaction des clients, il est annoncé l’expérimentation de la 5G par Togo Cellulaire. La filiale de Togocom aurait pu consacrer les ressources financières et humaines à chercher à améliorer leurs offres et services.

Une expérimentation de la 5G par Togo Cellulaire, deux ans après avoir rendu opérationnelle la 4G. L’information émane du site d’information officielle du gouvernement republiquetogolaise.com qui renseigne que la filiale du groupe Togocom va pouvoir lancer dans des conditions réelles un test grandeur nature de la 5G. « Si l’obtention de ce sésame valide le programme de développement septennal de son nouvel actionnaire majoritaire, il permet surtout au Togo de rejoindre la liste, pour l’heure restreinte, des pays qui ont lancé des programmes expérimentaux de la 5G sur le continent. D’ailleurs, la cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile qui est appelée à succéder à l’actuelle 4G d’ici 2025 en proposant un débit quatre fois plus élevé, n’est aujourd’hui déployée que dans quelques pays sur la planète », se glorifie le site d’information du gouvernement.

La 5G en expérimentation au Togo, l’un des rares pays à s’aventurer sur ce terrain. Certainement le premier en Afrique de l’Ouest et peut-être aussi l’un des rares pays du continent africain. Il s’agit là d’une prouesse qui place le Togo en tête du peloton des pays africains à avoir accès à cette technologie.

Malheureusement, le contexte ne sied pas, pour la simple raison que depuis que Togo Cellulaire existe, elle n’a jamais réussi à combler les attentes de ses clients. D’abord, sur le coût de la prestation, le Togo est l’un des pays les plus rançonneurs de leurs populations. Les coûts des appels sont énormes et supérieurs à ceux pratiqués par les sociétés de téléphonie mobile dans les pays voisins. Au Bénin, au Ghana, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Nigéria, les consommateurs ne déboursent pas autant que leurs pairs Togolais pour joindre un réseau local ou appeler l’international.

Depuis des dizaines d’années, le Togo est resté le seul pays de la région à maintenir le système de tarification différentielle pour les appels intra-réseaux ou vers d’autres opérateurs. Cette situation a été corrigée, il y a moins d’une semaine, après une mise en demeure prononcée par l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP). A travers cette notre, l’autorité rappelle que le titulaire d’une licence n’est pas autorisé à appliquer des tarifs différents pour les appels ou SMS envoyés par ses utilisateurs en fonction du destinataire de ces appels et/ou SMS, même si ceux-ci sont clients d’un autre opérateur mobile togolais, à l’exception des appels SMS envoyés aux clients d’opérateurs étrangers. « Cette pratique discriminante nuit gravement à une concurrence loyale et saine dans le secteur, car elle tend à encourager et à favoriser – parce que moins chères – les communications au sein d’un même réseau (intra-réseau), au détriment d’autres réseaux (inter-réseaux) », a dénoncé l’ARCEP.

Ensuite par rapport à la qualité des services fournis, Togo Cellulaire ne peut jamais se glorifier d’avoir satisfait les 3,5 millions d’abonnés qu’elle revendique. La connexion internet n’est pas ce dont rêve le client en souscrivant à ce service. Il faut juste dépenser un peu plus d’argent pour avoir une connexion acceptable. Le pire, ce sont les services de mobile money, en l’occurrence le TMoney. Depuis quelques mois, les consommateurs sont contraints de patienter pendant plusieurs heures pour avoir accès à leurs comptes. Le service est simplement médiocre. Les retraits, dépôts et achats via TMoney sont devenus un chemin de croix. Si les opérations viennent à passer, les messages de confirmation peuvent être reçus 12 heures après. Ce n’est pas ce que l’on appelle mobile money qui doit être une monnaie disponible à tout moment de la journée. La coupure du réseau est aussi un calvaire pour les abonnés Togocel. Parce que la plate-forme des abonnés n’est plus à la mesure du nombre d’abonnés.

Pour une société responsable et soucieuse de la satisfaction de ses clients, la priorité doit être la résolution des problèmes liés aux services existants. Togocom et sa filiale Togo Cellulaire ont plutôt intérêt, au nom du contrat qui les lie aux abonnés, à trouver des solutions aux difficultés d’accès au TMoney et à la coupure du réseau. L’expérimentation de la 5G peut attendre. Comme le disait Jean de la Fontaine dans « Le lièvre et la tortue », rien ne sert de courir…

G.A.

Source : Liberté

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.