Exaspération des chefs d’Etat de la sous-région par l’aveuglement volontaire des éternels : Le Togo, la honte de la CEDEAO

106
Exaspération des chefs d’Etat de la sous-région par l’aveuglement volontaire des éternels : Le Togo, la honte de la CEDEAO


La plupart des chefs d’Etat de la CEDEAO étaient à mille lieues d’imaginer le Togo encore à cette phase de sa crise après le sommet du 31 juillet dernier à Lomé. Presque un mois après, ce n’est même plus le statu quo mais la situation s’est empirée avec la Commission électorale nationale indépendante (CENI) incomplète et créée de toutes pièces en pleine crise politique, qui s’illustre par des actes saugrenus qui ont fini par révéler la face cachée du régime.

La reprise unilatérale des activités du reliquat de la CENI est fortement contestée par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, l’autre partie prenante au dialogue intertogolais. Avant même le premier contact avec le Comité de suivi de la CEDEAO pour avoir une idée du chronogramme de la feuille de route, le pouvoir a déjà suffisamment démontré que la CEDEAO ne peut aucunement compter sur lui pour le respect de ses directives.

Surtout lorsque face aux dérives du président de la CENI Kodjona Kadanga, le ministre de l’Administration territoriale Boukpessi Payadowa trouve que le quorum est atteint et par conséquent cette CENI peut valablement travailler. Du traficotage de la famille de route par le gouvernement aux actes de provocation perpétuelle de la CENI hémiplégique, plusieurs chefs d’Etat de la sous-région seraient très exaspérés. Des sources crédibles estiment que e Togo et ses gouvernants font la honte de la CEDEAO de par leur singularité blâmable.

Au fait, il est bien regrettable que le chef de l’Etat Faure Gnassingbé qui a appelé au secours la CEDEAO est le premier a tourné dos aux recommandations.

Pour sa crédibilité, au sortir du sommet du 31 juillet, il devait réunir les acteurs et s’engager pour une mise en œuvre consensuelle des recommandations. Malheureusement non seulement, il n’a rien entrepris mais aussi et surtout il ordonne à la CENI de torpiller les efforts consentis par ses pairs pour tenter de juguler la crise dans son pays.

Au-delà de sa personne, c’est la volonté du clan qui l’entoure pour la préservation des acquis. Des éternels du régime qui font perdre toute crédibilité à l’Etat togolais.

Kokou AGBEMEBIO

Source : www.icilome.com

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here