Etats-Unis : Trump quitte définitivement la Maison Blanche

L’hélicoptère Marine One a décollé de la pelouse sud de la Maison Blanche vers 8h18

Le président Trump a quitté la Maison Blanche mercredi matin pour la dernière fois en tant que commandant en chef après quatre années tumultueuses qui ont secoué la nation, choisissant de quitter la ville plutôt que de faire face à la réalité qu’il a perdu sa réélection au profit du président élu Joseph R. Biden Jr.

L’hélicoptère Marine One a décollé de la pelouse sud de la Maison Blanche vers 8h18 pour un court vol vers la base commune d’Andrews, dans la banlieue du Maryland, où le président avait prévu d’organiser une cérémonie d’adieu avec des vétérans de l’administration et d’autres partisans. Ensuite, lui et Melania Trump devaient monter à bord d’Air Force One pour le voyage vers la Floride, où ils résideront.

M. Trump a remis le bâtiment après une longue nuit de signatures de grâces de dernière minute et d’autres ordres de clémence pour 143 personnes, dont Stephen K. Bannon, son ancien stratège en chef, Elliott Broidy, l’un de ses meilleurs collecteurs de fonds en 2016, et une série de politiciens condamnés pour corruption. La Maison Blanche n’a annoncé les grâces qu’après minuit, puis a donné suite à 1h07 du matin par une ordonnance révoquant les règles d’éthique que M. Trump avait imposées à ses propres anciens collaborateurs.

En quittant Washington avant les festivités de mercredi, M. Trump a mis fin à un mandat qui enfreignait les normes en défiant une dernière convention. Il a refusé d’accueillir le traditionnel café que les présidents tiennent pour leurs successeurs à la Maison Blanche le matin de l’inauguration. Et il a choisi de ne pas assister à la cérémonie de prestation de serment au Capitole, qui est normalement un symbole de la tradition américaine de transfert pacifique du pouvoir et à laquelle assistent les présidents sortants et entrants.

Aucun président n’a refusé d’assister à l’investiture de son successeur depuis 1869, date à laquelle Andrew Johnson, fâché qu’Ulysses S. Grant ne partage pas la voiture avec lui pour se rendre au Capitole, a refusé à la dernière minute de monter dans la voiture séparée qui lui avait été réservée et a sauté la cérémonie. (Woodrow Wilson se rendit au Capitole pour l’inauguration de Warren G. Harding en 1921, mais ne resta pas pour la cérémonie en raison de sa santé défaillante).

M. Trump quitte son poste de président le plus impopulaire de l’histoire des sondages, dans une certaine mesure. Il est le seul président depuis que Gallup a commencé à faire des sondages sous Harry S. Truman à ne jamais obtenir le soutien d’une majorité du public pour un seul jour de sa présidence, et sa moyenne de 41 % d’approbation au cours de son mandat est la plus faible de tous les présidents de l’époque.

M. Trump, cependant, n’a jamais accepté sa défaite aux élections de 2020.

« Pouvez-vous imaginer si je perds ? » a-t-il déclaré lors d’un rassemblement en Géorgie en octobre. « Toute ma vie, qu’est-ce que je vais faire ? Je vais dire que j’ai perdu contre le pire candidat de l’histoire de la politique. Je ne vais pas me sentir très bien. Peut-être que je vais devoir quitter le pays. Je ne sais pas ».

M. Trump, qui a perdu par sept millions de voix au décompte populaire et 306-232 au Collège électoral, a passé les deux mois qui ont suivi l’élection à essayer d’annuler les résultats avec de fausses allégations de fraude généralisée qui ont été rejetées par les responsables des élections républicains et démocrates et par des dizaines de juges, dont certains qu’il avait nommés.

La semaine dernière, la Chambre a mis en accusation M. Trump pour incitation à l’insurrection, et le Sénat est sur le point de le juger dans quelques jours, même s’il ne sera plus en fonction. Bien qu’il soit trop tard pour le démettre de ses fonctions, une condamnation par le Sénat équivaudrait à une répudiation bipartite dans les livres d’histoire, et les législateurs pourraient également le disqualifier de ses fonctions, contrecarrant ainsi son projet de se présenter à nouveau à la présidence en 2024.

Dans un discours d’adieu qu’il a diffusé sur vidéo mardi après-midi, M. Trump n’a assumé aucune responsabilité pour le siège du Capitole ou pour la pandémie de coronavirus qui a maintenant fait 400 000 victimes aux États-Unis.

Au contraire, il s’est vanté de ses accomplissements en réduisant les impôts, en éliminant les réglementations, en nommant des juges conservateurs et en révisant les accords commerciaux. « Le mouvement que nous avons lancé », a-t-il dit, « ne fait que commencer ».

Source : Camerounweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.