…Et Yark met la main sur les ‘poules’ qui auraient tenté l’insurrection du 23 novembre 2019

37

Le Général Yark Damehame avait promis mettre la main sur les auteurs présumés de l’insurrection survenu dans la nuit du 23 novembre dernier, « comme des poules ». 18 individus ont été présentés ce mardi 03 décembre 2019 comme étant les responsables de l’assaut contre les forces de l’ordre.

Selon la police nationale, ces 18 individus appartiennent à un groupe nommé « Tigre révolution ». Un clan supposé appartenir à un certain Touré Adidou, résidant en Belgique. A en croire le Lieutenant-Colonel Yaovi Okpaoul, Directeur général de la Police nationale, tout est orchestré par le chef de la bande depuis la Belgique.

Dans le cadre de l’insurrection, les informations font état d’une tentative d’approche des membres de la « Tigre révolution » lors des réunions du Parti National Panafricain (PNP) à qui ils ont fait des propositions d’intégrer leurs rangs. Ces derniers n’ont pas hésité à fournir leurs adresses qui ont permis au « El Professor » de l’équipe (Touré Adidou) de les intégrer sur les plateformes WhatsApp créées pour l’occasion, ce qui annonce le début des activités de l’organisation.

Pour Yaovi Okpaoul, l’objectif ultime de ce mouvement est d’organiser une révolution nationale afin de déstabiliser les Institutions de la République en trois jours. Ce qui n’a pas été le cas, puisque un des leaders du groupe a été touché par balle quand la Police tentait de riposter contre les assaillants, ce qui a obligé la troupe à se replier.

Si on en croit la Police, l’attaque devait durer 3 jours, vu les ramifications dont dispose le groupe de Lomé, Sokodé, Tchamba et Anié. Et pour venir à bout de leur mission, selon toujours la Police, les assaillants se sont subdivisés en trois groupes, notamment le premier chargé d’aller en affrontement directe avec les éléments de la gendarmerie, le second doit user de tous les stratèges pour empêcher tout renfort en faveur du camp adverse et le troisième est sommés de semer la panique générale.

Par ailleurs, informent les sources policières, les présumés auteurs de l’attaque sont vêtus des gilets qui portent des objets mystiques sensé les protéger des balles. Avec la riposte des forces de l’ordre qui a fini par mettre à terre l’un des chefs de la bande, les assaillants ont pris la fuite.

Après investigations, 18 personnes ont été interpellées dont 15 à Lomé, 2 à Sokodé et 1 à Sogan-Kopé (Ghana). La Police déplore un décès et plusieurs blessés graves dans son camp. Quant aux cinq AK47 emportés, seule une arme a été retrouvée.

Les responsables de la Police en appelle à une franche collaboration des populations togolaises afin que les 4 autres armes qui circulent dans la nature soient retrouvées.

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here