Énergie : Le Togo, 1er pays réformateur en Afrique bientôt plongé dans le noir

53
togo dans le noir

On ne le dira jamais assez. Le seul projet de société que le régime RPT/UNIR propose aux Togolais, c’est la conservation à tout prix du pouvoir. Les derniers événements confortent les uns et les autres dans cette assertion. Malheureusement, le bien-être et l’épanouissement des Togolais ne sont pas encore dans les préoccupations de ceux qui dirigent de main de fer le pays. Ils sont prêts à dépenser des centaines de millions pour acheter un rapport qui encense. Pendant ce temps, le peuple peut vivre son quotidien fait de misère.

Aujourd’hui, l’on ne peut comprendre comment le Togo peut encore devoir au Nigeria qui se voit obligé de le menacer pour des factures d’électricité impayées. Le pays risque de plonger dans le noir. Le Nigeria hausse le ton.

«Ce n’est pas parce que je suis le président du West African Power Pool (WAAP) que je permettrai aux clients internationaux de tromper le Nigeria. (…) Le gouvernement fournit de l’électricité aux clients internationaux sous contrat et ceux qui sont en défaut de paiement seront déconnectés. Le Togo et le Bénin nous doivent 7 millions de dollars. Le Niger doit moins de 2 millions de dollars. Bref, nous ne les quittons pas. Nous les déconnectons comme nous déconnectons les clients ici au Nigeria. L’électricité n’est pas de la charité. Nous ne pouvons pas simplement permettre aux gens de consommer de l’électricité et de nous laisser ainsi », menace Usman Mohammed, président du West African Power Pool (WAAP).

Il y a quelques semaines, dans les médias et sur les réseaux sociaux, on ne parlait que des prouesses qu’aurait faites le pays dans le classement Doing Business. Le Togo, comme le clament ses dirigeants, est le premier pays réformateur en Afrique. Tout le gouvernement s’était mis en transe, même Faure Gnassingbé qui, dans son euphorie, s’est exprimé en mina (langue locale au sud du Togo). Et voilà donc le 1er pays réformateur qui n’honore pas ses engagements envers ses voisins qui sont obligés de le menacer. Le Togo n’arrive pas à asseoir une politique d’énergie pour être indépendant vis-à-vis du Nigeria.

Contour Global construit à coût de plusieurs milliards se révèle finalement un éléphant au pied d’argile. Les petits barrages qui se trouvent à l’intérieur du pays sont mal entretenus, et donc ne peuvent pas répondre à la demande nationale.

Face à la situation, au lieu de songer à solder tout ce que le pays doit à ses fournisseurs, on gaspille de l’argent dans des choses futiles qui n’apportent rien aux populations. A l’approche de la présidentielle de 2020, le parti au pouvoir, comme à son habitude, utilise des moyens de l’Etat pour se faire confectionner des gadgets et autres pour acheter la conscience des électeurs. Le clan au pouvoir dépense énormément d’argent pour asseoir sa machine à fraudes et corrompre des gens dans le but de se faire déclarer vainqueur de cette élection.

Au Togo, lorsqu’il y a une élection, surtout s’il s’agit d’un scrutin présidentiel, tout le pays semble s’arrêter de fonctionner, puisque le régime cinquantenaire doit consacrer toute son énergie à la fraude qui connaît plusieurs niveaux (que nous n’allons pas étaler ici).

Aujourd’hui, les Togolais ont besoin de l’électricité, cette énergie qui leur permet de mener à bien leurs activités et vivre comme les autres peuples. Mais depuis quelque temps, le Nigeria menace. Cela ne semble pas inquiéter les gouvernants. Parce qu’eux, ils peuvent avoir facilement la solution et s’éclairer chez eux lorsqu’une coupure de courant interviendrait. Si le Nigeria passe à l’action, c’est le pauvre peuple togolais qui en pâtirait. Tout simplement triste !

Dommage pour ce pays d’avoir des dirigeants qui ne pensent qu’à le piller. Le peuple l’a toujours sanctionné dans les urnes. Mais la machine à fraudes a la peau dure.

Source : L’Alternative

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.