Edoh Komi accuse Yark Damehame et dégaine sur les médias officiels

Le président du Mouvement Martin Luther King (MMLK), la voix des sans voix répond au ministre de la sécurité et de la protection civile Yark Damehame qui soutient qu’il vaut mieux sursoir toute manifestation publique dans la ville de Sokodé pour des raisons de sécurité et de sûreté jusqu’à nouvel ordre. Se prononçant publiquement mercredi, le pasteur Edoh Komi a dénoncé une fuite de responsabilité du ministre.

Alors que la situation semble s’améliorer avec moins de violences grâce à la collaboration entre le ministère de la sécurité, les quelques partis et la société civile, la situation de Sokodé reste très inquiétante.

Selon le ministre de la sécurité et de la protection civile Yark Damehame, des armes avec des cartouches sont toujours dans la nature à Sokodé et qu’il est judicieux de sursoir toute manifestation publique dans cette ville jusqu’à nouvel ordre.

Pour le pasteur Edoh Komi, cette position du ministre n’est ni plus ni moins qu’une fuite de responsabilité vis-à-vis de ce qui relève de sa compétence et une excuse bon valable.

« Aucune perte d’arme ne justifie les exactions commises et qui se commettent toujours sur les populations », fustige le défenseur des droits humains avant d’interroger « entre l’arme et la vie humaine, laquelle a plus de valeur? Et laquelle faudra-t-on protéger? ».

Le responsable du MMLK estime que les populations doivent pouvoir manifester tant qu’elles ont besoin de s’exprimer.

De l’autre, le pasteur Edoh interpelle le ministre de la communication Guy Madje Lorenzo et la Haute Autorité de l’audiovisuel et de la Communication (HAAC) à user de leurs prérogatives pour exiger des média publics un traitement professionnel des manifestations de l’opposition.

TogoBreakingNews.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.