Eau et électricité : Eranove obtient des marchés au Gabon et au Togo

89

Le 26 octobre, le groupe industriel panafricain a signé, avec le Fonds gabonais d’investissements stratégique (FGIS) et le gouvernement gabonais, une convention de concession pour de la production d’eau potable et deux contrats d’achat d’énergie électrique. Trois jours auparavant, le groupe avait obtenu une convention de concession pour une centrale électrique de 65 MW au Togo.

Eranove et le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS) ont annoncé, le 26 octobre, avoir signé trois accords avec le gouvernement gabonais. Le premier concerne le financement, la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance d’une nouvelle unité d’eau potable dans le département du Komo-Kango (province de l’Estuaire). Cette usine, d’une capacité de production de 140 000 m3  par jour, est destinée à renforcer la desserte en eau potable de Libreville et de ses environs.

Les deux autres contrats portent quant à eux sur l’achat de l’intégralité de la production hydroélectrique des centrales de Ngoulmendjim (73 MW) et de Dibwangui (15 MW), respectivement portées par les sociétés Asokh Energie et Louetsi Hydro dans le cadre du programme Gabon Vision 2025.


>>> À LIRE : Électricité : Eranove et le FGIS accélèrent au Gabon


Une semaine riche en rebondissements

Cette annonce fait suite à une autre signature, le 23 octobre, d’un autre projet de centrale électrique, au Togo cette fois. Il s’agira pour Eranove de gérer le développement, l’exploitation et la maintenance de la future centrale à gaz de Kékéli de 65 MW, qui sera construite par le groupe espagnol Grupo TSK, avec la participation de Siemens, et installée dans la zone du port de Lomé.

Aucun montant n’a été dévoilé pour ces quatre contrats.

La semaine passée n’a pourtant pas apporté que de bonnes nouvelles à Eranove, ancienne structure de Bouygues désormais détenue à 56 % par Emerging Capital Partners (ECP).

En effet, toujours le 23 mars, sa filiale Sénégalaise des eaux (SDE), pourtant assurée d’avoir fourni la réponse la moins-disante lors de l’appel d’offres passé par le gouvernement sénégalais pour la gestion de service public de production et de distribution d’eau potable en zone urbaine et péri-urbaine – un rôle qu’elle assumait depuis vingt-deux ans -a perdu, au moins provisoirement, ce marché. Le gouvernement sénégalais a en effet notifié à son rival Suez sa qualité d’attributaire provisoire de ce contrat d’affermage. Les dirigeants de la filiale d’Eranove ne comptent pas en rester là.

Jeune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here