Du Togo aux opérations de maintien de la paix : Les deux visages de l’armée togolaise

armee togolaise barbare au togo et pro exterieur

L’armée togolaise dont le professionnalisme est vanté dans les opérations de maintien de la paix, est mal perçue à l’intérieur du pays. Elle peine à se départir de sa légendaire réputation d’armée partisane.

Les contributions du Togo dans les contingents des opérations de maintien de la paix à travers le monde ne sont pas négligeables. Dans de nombreux pays en guerre, le pays a soutenu les efforts des Nations Unies. Cette sollicitude du Togo a été récompensée à travers une remise de médaille au personnel togolais pour son travail en faveur de la paix au Mali. Une nième reconnaissance dont la cérémonie s’est déroulée sur la base de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) à Mopti dans le centre du pays.

Selon les informations, les 850 casques bleus togolais déployés dans la région de Mopti ont reçu chacun la médaille des Nations Unies, décernée par l’organisation aux membres de son personnel militaire ou de la police civile, pour leur service. A en croire le Général de Brigade Sadou Maiga, Commandant du secteur centre de la Minusma dans la région, les Togolais ont « fait preuve de flexibilité et de proactivité dans les missions confiées, malgré les difficultés liées au terrain et les menaces explosives comme les mines et les dispositifs explosifs de circonstance ». Depuis novembre 2019, ils ont effectué plus de 1000 patrouilles de sécurité dans les zones à risque et participé à plusieurs opérations militaires de protection des civils.

Depuis 2008, le Togo est l’un des pays d’Afrique de l’Ouest à abriter un Centre d’Entrainement aux Opérations de Maintien de la Paix (CEOMP) dont la mission est de préparer les contingents avant leur déploiement dans les opérations de maintien de la paix. C’est également une distinction pour le pays d’abriter ce centre de formation qui ambitionne de devenir un centre d’excellence dans l’Afrique de l’Ouest.

A la lecture de ces prouesses, l’on est tenté de se demander si les casques bleus dont le professionnalisme est salué par les Nations Unies sont bel et bien issus des rangs des Forces armées togolaises (FAT). Et pour cause, les corps habillés togolais traînent une légendaire réputation de violence diamétralement opposée au professionnalisme dont ils font preuve à l’extérieur du pays. Depuis 1963, l’Armée togolaise a posé des actes qui l’ont éloignée de sa mission première qu’est la protection des personnes et des biens sans considération de leur appartenance politique, ethnique ou religieuse. Militaires, gendarmes et policiers passent pour des êtres supérieurs et écrasent leurs compatriotes. Les violations des droits de l’homme dont ils se rendent coupables sont innombrables. Ils se signalent particulièrement pendant les périodes électorales par leur soutien à la dictature.

Et pourtant, ce sont les mêmes hommes – qui affichent une aptitude violente au pays – qui sont envoyés dans les missions de maintien de la paix et s’y comportent en professionnels. Ils sont des milliers à avoir participé à ces opérations depuis 1981, année au cours de laquelle une centaine de soldats togolais ont été déployés au sein de la Force neutre de l’OUA au Tchad encore appelée Force Interafricaine (FIA). Avec l’arrivée au pouvoir de Faure Gnassingbé, les missions se sont multipliées, et jusqu’à 700 soldats ont été déployés en 2012, en Côte d’Ivoire et au Darfour. Ces milliers de compatriotes reviennent au pays et au lieu d’impacter le comportement de leurs pairs, se conforment, ignorant les principes du respect des droits de l’homme qu’ils ont appris sous la bannière des Nations Unies.

Si les contingents togolais réagissent bien lors des opérations de maintien de la paix, c’est la preuve qu’ils peuvent bien se comporter envers leurs compatriotes aussi. L’Armée togolaise peut être républicaine, assumer professionnellement sa mission et se départir du parti-Etat si en son sein les intérêts ne sont pas mis en avant. Dans la situation qui prévaut au Mali, l’esprit républicain de l’Armée a pris le dessus. Et cela doit inspirer.

G.A

Source : Liberté

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.