Droits de l’Homme au Togo : Etat des lieux à l’aune de l’obsession du 4e mandat

10 décembre, journée mondiale des droits de l’Homme.
Hier mardi était célébrée l’édition 2019. A l’occasion, comme d’habitude, le
Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres a adressé un message aux
gouvernants du monde, dans le sens d’une interpellation au respect des droits
de l’Homme. Mais quel est l’état des lieux au Togo de 228 Gnassingbé ?
C’est une lapalissade que parler du respect des droits de l’Homme au Togo,
c’est comme être dans les nuages, faire un rêve en plein midi. La situation est
même plus critique à l’aune de l’obsession du quatrième mandat…

Appel au respect
des droits de l’Homme

«
La jeunesse se dresse en faveur des droits de l’Homme »,
c’est le thème
retenu pour la célébration de l’édition 2019 de cette journée mondiale des
droits de l’Homme, instituée depuis plusieurs décennies. A cette occasion, le
Secrétaire Général de l’ONU Antonio Guteress a adressé un message au monde.

« Cette
année, à l’occasion de la Journée des droits de l’homme, nous rendons hommage
au rôle que jouent les jeunes dans la réalisation de ces droits. Partout dans
le monde, les jeunes manifestent, s’organisent et font entendre leur voix :
Pour le droit à un environnement sain…Pour l’égalité des droits des femmes et
des filles…Pour participer à la prise de décisions…Et pour exprimer
librement leurs opinions…Ils manifestent pour le droit à un avenir de paix,
de justice et d’égalité des chances. Tous les êtres humains doivent pouvoir
exercer tous leurs droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels
; où qu’ils vivent ; indépendamment de leur race, de leur appartenance
ethnique, de leur religion, de leur origine sociale, de leur genre, de leur orientation
sexuelle, de leurs opinions politiques ou autres, de leur handicap, de leurs
revenus ou de toute autre situation »
, a relevé le patron de l’ONU, et
d’exhorter « chacun et à
chacune de soutenir et de protéger les jeunes qui se dressent en faveur des
droits de l’homme »
.

Comme la plupart des autres journées
mondiales décrétées àl’initiative de l’ONU, il s’agit d’attirer l’attention des
gouvernements sur la problématique du respect des droits de l’Homme, gage d’un
monde de paix et donc plus sûr…Le Togo n’a jamais été une référence dans des
idéaux en rapport avec la démocratie, depuis l’époque du « vieux ». L’avènement au pouvoir de
l’ « homme nouveau, esprit
nouveau »
n’a non plus amélioré la situation. Les violations des
droits de l’Homme dans tous les domaines sont même allées crescendo et
aujourd’hui on semble avoir touché le fond.

Assassinats
et infanticides banalisés

C’est un luxe que de parler de respect
des droits des jeunes au Togo, comme souligné par le message du SG de l’ONU. Ce
sont les droits de l’Homme dans leur ensemble qui sont violés ici au 228. Même
si le pays se dit – ou plutôt les gouvernants le présentent – de droit, ces
droits n’existent que sur papier. Même les fondamentaux dont celui à la vie
sont violés au nez et à la barbe de tous. Les assassinats politiques et/ou
exécutions sommaires sont devenus banals.

Sous Faure Gnassingbé, les militaires
tirent à bout portant sur des civils aux mains nues. Le régime s’est spécialisé
dans les infanticides : Anselme Sinandaré, Douti Sinanlengue, Abdoulaye
Rachid, Jojo Mensah, Idrissou Moufidou…la liste est longue. Le plus cocasse,
c’est l’impunité totale garantie aux assassins et à leurs commanditaires, ils
ne sont nullement inquiétés. Sous le « Prince », on peut tuer
froidement ; ça passe, si c’est pour sauvegarder son pouvoir, et on est
protégé. Rien d’étonnant si lui-même se couvre d’un manteau d’impunité, avec
les réformes constitutionnelles opérées et l’article 75 qui l’absout de
poursuites pour tous les crimes qu’il viendrait à commettre ?

Droits
politiques, économiques…bafoués

Le plus important des droits politiques au
Togo est sans doute l’alternance au pouvoir. C’est le vœu le plus ardent des
Togolais. Mais ils doivent malheureusement faire un trait là-dessus car Faure
Gnassingbé n’est pas repu par ses trois mandats et compte en briguer un 4e.
Après trente-huit (38) années sans partage du père, le fils veut donc continuer
la dynastie. Et il est prêt à tout pour atteindre ses objectifs, même s’il faut
marcher dans le sang des Togolais. Il ne serait d’ailleurs pas à sa première,
ayant déjà fait pareil en 2005 pour parvenir au pouvoir.

Les libertés de manifestation et
d’expression sont plus qu’en souffrance au Togo. Concédés sur le papier, ces
droits sont confisqués dans les faits par le pouvoir en place qui use
d’artifices. Les crimes économiques constituent l’autre marque de fabrique du
régime Faure Gnassingbé. Les détournements des deniers publics sont
presqu’institutionnalisés, les gouvernants disposent des ressources nationales
comme bon leur semble. Pendant ce temps, les populations manquent de tout.
Malheureusement les auteurs de ces crimes ne sont jamais inquiétés. Mieux, ils
sont protégés par le sommet.

Que dire des droits sociaux, ceux à
l’éducation, à la santé ? Ils sont le cadet des soucis des gouvernants en
place. Pendant que la minorité pilleuse dispose des ressources nationales à des
fins personnelles, le bas peuple meurt dans les hôpitaux faute de soins les
plus élémentaires, les écoliers étudient dans des salles de classe en banco,
sous des huttes…

Parler de respect des droits de l’Homme
au Togo relève d’un conte de fées. C’est une constante qu’un régime qui veut
s’éterniser au pouvoir ne ferait pas bon ménage avec respect des droits de
l’Homme. Le refus de l’alternance est déjà une violation d’un droit fondamental
de l’homme…

Silence
complice des ODDH sur les violations

Toutes ces violations se passent en
toute indifférence des défenseurs des droits de l’Homme,mais ils n’ont pas le
courage de défendre leur respect, fustiger leurs violations. Les téméraires
sont simplement châtiés, arrêtés et jetés en prison. C’est le cas d’Assiba
Johnson, le Président du Réseau des jeunes africains pour la démocratie et le
développement (REJADD). Pour avoir élaboré un rapport sur la répression
meurtrière des manifestations populaires de 2017, il a été arrêté et mis au
gnouf sans autre forme de procès et n’a recouvré sa liberté que tout récemment.
Conséquence, les défenseurs des droits de l’Homme optent pour le silence devant
des crimes ou autres cas de violations des droits de l’Homme dont se rendent
coupables les gouvernants. L’illustration d’actualité, c’est le silence devant
les exactions commises sur les populations d’Agoènyivé, Sokodé et environs par
les corps habillés dans l’affaire d’insurrection armée avec machettes rouillées
et gourdins, au nom de la recherche des armes emportées…

La plupart des ODDH se scotchent la bouche de peur de se faire fermer le robinet des financements. C’est une lapalissade que le régime de Lomé a cette capacité de faire couper aux ODDH trop gênantes leurs financements. De la pléthore qui existe, seules la Ligue togolaise des droits de l’Homme (LTDH) et une poignée d’autres ont le courage de contrarier le pouvoir en place. La Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH), elle, se révèle finalement une aile marchante du pouvoir et ne brise le silence que pour voler à son secours. Et ce mutisme en fait complice nourrit les violations des droits de l’Homme au Togo.

Tino Kossi

source : Liberté

Source : TogoActu24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.