Dr Christian Spieker : « Nos sœurs et frères du Togoland ne se sentent pas heureux »

Par ce message guidé par l´élan patriotique, je voudrais exhorter le gouvernement togolais à ne pas tomber dans le piège du gouvernement ghanéen. Le Ghana a l´intention de vous tendre un piège pour vous amener à accepter la délimitation de la frontière de son territoire sous prétexte que les bornes ou piliers qui la délimitent tout au long de notre territoire avec le Ghana sont actuellement flous et qu´il faudrait les rendre plus visibles par de nouvelles bornes frontalières. Ne tombez pas dans leur piège. C´est une stratégie de leur part pour vous amener à accepter ce qui est inacceptable à nos yeux. Il faut beaucoup de vigilance de votre part en ce moment lors de vos rencontres avec les autorités ghanéennes pour tout ce qui touche notre frontière avec le Ghana aussi bien maritime que terrestre, surtout terrestre car le Togoland ne restera pas indéfiniment un territoire ghanéen.

Jusqu´au référendum du 9 mai 1956 conduisant le rattachement d´une partie de notre pays à la Côte-de-l´Or, les autres décidaient à notre place. À partir du 27 avril 1960, soit 61 ans, jour pour jour, on est devenu indépendant, ce qui est déjà beaucoup. Qu´est-ce qu´on a fait avec tout ce temps ? Donc, on ne doit rien accepter ou faire, qui puisse être préjudiciable aux intérêts de notre pays, sinon, l´histoire nous jugera. Nos frères et sœurs de Togoland ne se sentent pas ghanéens. Ils luttent seuls et pacifiquement bien entendu, pour que ce territoire ne soit plus un territoire ghanéen mais redevenu un territoire togolais. Donc, en tant que Gouvernement togolais, ne vous rangez jamais du côté du Ghana sous prétexte d´être en bon terme avec le voisin alors que ce Ghana a pris une partie de notre territoire avec ses richesses et sa population tout en brimant la dignité de nos sœurs et frères. Mettez-vous à leur place et vous saurez ce qu´ils ressentent dans leur chair dans Togoland. Nos sœurs et frères du Togoland ne se sentent pas heureux. Leurs grands-parents et parents n´ont pas décidé de devenir ghanéens. Donc, étant victimes de cette injustice que le Ghana leur a imposée, on doit comprendre le sens digne de leur combat.

Les autorités ghanéennes sont bien conscientes que cette partie du Togo pourrait échapper au Ghana un jour, que ce soit de leur vivant ou après elles. Elles sont frileuses en ce moment. Donc, leur stratégie est de vous précipiter dans des négociations ou accords comme le gouvernement Nkrumah l´avait procédé en piégeant le Conseil de tutelle à qui l´ONU a confié cette mission, avec le soutien du Royaume-Uni qui avait donné rapidement l´indépendance à la Côte-de-l´Or tout en faisant savoir au Conseil de tutelle, qu´il ne sera plus en mesure de garder le Togo britannique sous sa tutelle quand il aura donné l´indépendance à la Côte-de-l´Or. C´est ce qui a provoqué précipitamment l´organisation du référendum pour décider de l´avenir du Togo britannique avec le seul but de faire rattacher cette partie de notre pays à la Côte-de-l´Or. Donc, ne tombez pas dans le même piège que le gouvernement Akufo-Addo chercherait à vous tendre en vous parlant de fixation de nouvelles bornes frontalières ou quoi que ce soit en rapport avec cette partie de notre territoire, sinon l´histoire vous jugera sévèrement.

Il faut toujours avoir en tête que tout ce que le gouvernement ghanéen va chercher à vous proposer en rapport avec cette affaire de frontière ne sera jamais dans l´intérêt du Togo mais dans leur intérêt comme Kwame Nkrumah l´avait fait.

Si votre gouvernement ne pouvait rien entamer comme négociations avec le Gouvernement ghanéen pour que cette partie du Togo rattachée au Ghana nous revienne, ne faites rien non plus qui puisse aller dans le sens contraire et rendre des négociations plus difficiles, voire impossibles dans l´avenir pour ceux qui viendront un jour à la tête du pays après vous, et qui feront de leur combat politique l´unification des deux territoires, car en prenant des décisions et engagements étatiques, vous les prenez au nom de l´Etat togolais et ceux-ci non seulement engageront vos successeurs à la tête de ce pays mais aussi les générations futures. Rendez à vos successeurs à la tête du pays, la tâche facile en leur drainant le passage, pour toute question de délimitation de frontières avec le Ghana.

Si vous vous laissez tomber dans le piège du Gouvernement Akufo-Addo, ça va compromettre définitivement le désir du peuple togolais de récupérer le Togo britannique un jour, que ce soit par le biais des négociations pacifiques ou par voie des juridictions internationales. Je vous exhorte d´être très vigilants dans les négociations ou accords éventuels que vous vous amènerez à passer avec le Gouvernement ghanéen et qui auront trait à la délimitation frontalière terrestre avec le Ghana. Kwame Nkrumah a réussi à piéger le Conseil de tutelle et l´ONU par l´aide du Royaume-Uni en organisant un référendum déséquilibré en leur faveur. Ne vous laissez pas aussi avoir par Akufo-Addo par certaines propositions de fixation de nouvelles bornes frontalières qui rendront plus tard impossible le combat politique d´unification des deux territoires, autrefois, constituant un seul territoire.

Dans le passé, entre 1952 et 1955 le gouvernement Nkrumah avait tout mis en œuvre avec l´aide du Royaume-Uni pour organiser un référendum déséquilibré en faveur de la Côte-de-l´Or le 9 mai 1956.

Cette partie de notre territoire doit nous revenir un jour. Le Ghana l´a avalé en vue de profiter des richesses du Togoland pour le développement des autres parties du territoire ghanéen mais il va le vomir, quel que soit le temps que cela prendra dans son ventre. Donc, veuillez éviter toutes négociations ou signatures d´accords qui pourraient compromettre les efforts du lendemain meilleur de notre pays. Tous les documents existants, montrent que les grands-parents et parents de nos frères et sœurs n´avaient pas choisi de devenir ghanéens et de rattacher cette partie de notre territoire au Ghana. Tout a été fait contre leur volonté. C´est ce référendum que nous allons défaire pou revenir au point de départ comme si rien n´était.

Il n´est pas impossible que le gouvernement ghanéen vous propose que de nouvelles bornes frontalières soient posées afin qu´elles soient plus visibles tout au long de cette partie de la frontière. Cette manœuvre consisterait à vous amener à consentir et entériner ce rattachement de cette partie de notre territoire au Ghana et que nous contestons. Il faut toujours refuser des propositions qui pourraient aller dans le sens de leurs intérêts et au détriment de notre pays. Le Togo a trop perdu. L´histoire n´était pas favorable à nous. Cela doit cesser maintenant. Il faut redresser maintenant la barre en notre faveur.

Nos frères et sœurs qui sont dans cette partie du Togo, luttent pacifiquement pour faire sortir ce territoire du Ghana. Veuillez ne rien faire qui puisse compromettre leurs efforts patriotiques.

Je ne vous demande pas de les aider d´une manière ou d´une autre dans leur lutte pacifique mais de ne rien faire non plus qui pourrait compliquer leur lutte pacifique, en se rangeant du côté du Ghana dans cette affaire, sous prétexte de bon voisinage. Ce qui sera inexcusable et impardonnable par l´histoire.

Le gouvernement ghanéen en est conscient que le Togoland nous reviendra un jour pour l´unification des deux territoires togolais. Et pour anticiper cette action et probabilité, il va chercher à précipiter le gouvernement togolais à l´engagement par la signature des accords ou négociations qui pourraient définitivement engager le Togoland dans l´impasse plus tard. Ne jamais sacrifiez l´intérêt du Togo en acceptant de signer des accords défavorables, liés à la délimitation de cette frontière à des fins de bon voisinage. Une fois encore beaucoup de prudence de votre part. L´intérêt du Togo doit toujours prévaloir dans toutes vos négociations et accords que vous signez avec le Ghana.

Les hommes passent mais le territoire quant à lui, reste. Je vous recommande beaucoup de prudence par mon humble sens citoyen et patriotique.

Un jour avec l´amour de la patrie et l´unité des Togolais du nord au sud, cette partie de notre pays pourra nous revenir. Et nous fêterons ce jour-là de la même manière que l´Allemagne unifiée célèbre avec joie chaque année, l´unification de l´Allemagne de l´Est et de l´Ouest. Commençons déjà par rêver de ce jour-là avec force.

Ayez toujours à l´esprit que ce que vous estimez impossible aujourd´hui pourra être possible demain car il n´y a rien de plus cher que le territoire d´un État et de plus fort que l´unité d´un peuple pour une cause commune.

Sans doute, comme par le passé dans le Togo sous administration française, il y aura encore aujourd´hui parmi nous, certains qui seront prêts à saper ou sacrifier cet élan patriotique et qui diront, à quoi ça va servir en voulant récupérer cette partie de notre territoire? Cette façon de penser ou de voir est dommageable pour le Togo. J´exhorte ceux-là de revenir sur le chemin qui mènera à l´unité et à la grandeur de notre pays. Faisons en sorte que les générations futures soient fières de nous.

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.